Zone

Le troisième Sommet se tiendra à Québec

Le troisième Sommet international du repreneuriat aura bel et bien lieu en mai 2019 dans la grande région de Québec, confirme Vincent Lecorne, président-directeur général du Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ).

On devrait y présenter les dernières analyses et les études sur le transfert d’entreprise avec des chercheurs dans le domaine de l’entrepreneuriat, sans oublier d’aborder les meilleures pratiques pour réussir la transition avec des cas concrets.

Zone

Une certification pour les conseillers

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) pourra compter sur l’aide de l’Institut du leadership pour la certification des conseillers en transfert d’entreprise. Ces conseillers travailleront dans les firmes comptables, les bureaux d’avocats ou comme indépendant.

Cela permettra d’augmenter la force de frappe du CTEQ, estimait le pdg Vincent Lecorne, lors du Sommet de Montréal à la fin de mai. «Le programme répondra à une demande croissante des professionnels et personnels du milieu du repreneuriat d’accéder à un programme complet en transfert d’entreprise.»

Zone

Hôtel Château Laurier Québec: une tradition de repreneuriat familial

L’histoire de l’Hôtel Château Laurier, sur la rue George-V, à Québec, est une histoire de repreneuriat, car Robert Girard a acheté l’établissement en 1975, avant de le céder à ses enfants.

Au début des années 1980, Alain Girard, qui était évaluateur agréé, a repris les rênes de l’entreprise avec ses frères et ses sœurs. Depuis deux ans, il a cédé la direction générale des trois composantes de l’entreprise familiale à sa fille Aude Lafrance-Girard en conservant le poste de président et actionnaire de la compagnie.

Zone

Magnor: le repreneur chercheur

Karim Abouzeid a laissé son emploi de comptable en juillet 2013 avec la ferme intention de reprendre une entreprise à plus ou moins brève échéance. Il avait en tête l’achat d’une entreprise manufacturière de petite ou de moyenne taille, située à trois heures de route tout au plus de Montréal. Les recherches ont duré deux ans.

Dans le cabinet où il travaillait comme vérificateur, il y avait une division fusion et acquisition qui le fascinait. Il voulait en connaître davantage pour mieux se préparer.