Serena Williams se souvient très bien de sa seule défaite en carrière contre Halep en 2014.

Williams prête à affronter Halep

WIMBLEDON — Il y a, certes, des raisons qui expliquent pourquoi Serena Williams a connu autant de succès au fil de sa carrière.

Son service. Ses retours. Ses coups droits. Sa mobilité. Et encore bien plus.

Elle a offert un aperçu de sa philosophie à l’aube d’un match en répondant à une question avant la finale des dames à Wimbledon samedi contre la septième tête de série Simona Halep.

Williams, qui peut obtenir son huitième titre en carrière au All England Club et un 24e titre du Grand Chelem au total en simple, a été questionnée à savoir comment elle a pu compiler une fiche de 9-1 contre la Roumaine.

« La clé, dans nos duels, ç’a été la défaite que j’ai encaissée. Je ne l’ai jamais oubliée. Elle avait joué de façon incroyable, a commenté Williams. Je sais donc à quel niveau elle peut jouer — elle peut l’atteindre de nouveau. Je dois donc être meilleure qu’elle. »

Peu importe si cette défaite remonte à 2014, lors d’un match relativement sans importance en phase préliminaire du tournoi de fin de saison de la WTA. Et même si Williams a éventuellement malmené Halep un peu plus tard lors du même tournoi. Avant de la vaincre lors de leur seul duel précédent cette saison, aux Internationaux d’Australie en janvier.

Si ça peut lui rappeler que Halep est capable de la vaincre, parce que ç’a déjà été le cas, alors pourquoi ne pas se concentrer là-dessus ?

De plus, l’Américaine abordera sa 11e finale en carrière au All England Club en étant bien consciente qu’elle a perdu ses deux dernières finales en tournois majeurs — contre Angelique Kerber à Wimbledon et contre Naomi Osaka aux Internationaux des États-Unis, chaque fois en 2018.

Sa plus récente défaite a viré au cauchemar après que Williams eut été pénalisée d’un jeu pour une altercation avec l’arbitre en chef. Elle a déclaré, dans un essai publié dans le magazine « Harper’s Bazaar » qu’elle avait rencontré une thérapeute et rédigé une lettre d’excuses à Osaka pour l’incident.

Et qu’en est-il de la défaite contre Kerber au All England Club ?

« Je ne me souviens plus de ce match. Tout ce que je me souviens, c’est que j’étais exténuée et qu’Angie avait joué de manière remarquable. J’étais triste, mais également fière de moi. Je n’ai rien pu faire pour éviter cette défaite. J’ai tout donné. Je n’étais tout simplement pas prête physiquement », a mentionné Williams jeudi, après avoir disposé de Barbara Strycova 6-1, 6-2 en demi-finales.

« Je me souviens qu’après ça, je m’étais entraînée sans relâche afin d’être prête physiquement. Je ne suis donc plus dans cet état-là aujourd’hui, a-t-elle mentionné. Ouais, je n’ai pas eu une préparation idéale avant d’arriver à Wimbledon pour deux semaines. Ç’aurait été bien, mais peu importe. »

Cette confiance tranquille pourrait être de mauvais augure pour Halep, qui présente une fiche de 1-3 en finales de Grand Chelem. Sa seule victoire s’est produite aux Internationaux de France l’été dernier.