Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le pilote Red Bull Max Verstappen signe sa première victoire cette saison, et sa 11e en carrière.
Le pilote Red Bull Max Verstappen signe sa première victoire cette saison, et sa 11e en carrière.

Verstappen remporte le GP d’Émilie-Romagne; Hamilton sauve les meubles

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le pilote Red Bull Max Verstappen a bravé les intempéries et une interruption d’environ 30 minutes à la mi-course, dimanche, en route vers la victoire au Grand Prix de Formule 1 d’Émilie-Romagne.

Verstappen a devancé le pilote Mercedes Lewis Hamilton par 22,087 secondes au fil d’arrivée de l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari, signant du même coup sa première victoire cette saison, et sa 11e en carrière.

«Ç’a été très difficile en piste, surtout au départ. Nous avons très bien géré la situation, à l’exception de ma petite bourde à la relance. La saison est longue, donc je dois garder mon calme», a déclaré Verstappen en entretien d’après-course.

Lando Norris, au volant de sa McLaren a complété le podium à 23,702 secondes du Hollandais. Il s’agissait de son deuxième podium en carrière, après celui acquis au Grand Prix d’Autriche en juillet 2020.

«Je suis heureux, surtout après la séance de qualifications hier. Je n’ai pas connu un bon départ, mais j’ai rattrapé le coup; j’avais un bon rythme. C’est bien de pouvoir se battre avec ces gars-là, d’être là de plein gré, d’avoir le bon rythme pour le faire. Je suis heureux de ma troisième place; je ne suis pas déçu!», a évoqué le Britannique âgé de 21 ans.

Les coéquipiers chez Ferrari Charles Leclerc et Carlos Sainz fils ont complété le top-5, dans l’ordre.

Pour sa part, Lance Stroll a éprouvé de légers ennuis avec sa voiture avant même le tour de chauffe: une légère fumée blanche s’échappait de ses freins arrière alors qu’il entrait en piste. Le Québécois, loin d’être au bout de ses peines, a ensuite été victime de problèmes avec la boîte de vitesses de son Aston Martin. Il a tout de même pu conclure l’épreuve en septième place.

«Ç’a été très excitant comme course. Nous avons récolté des points importants, et je me suis vraiment amusé. La température a rendu les choses intéressantes, et nous avons su en profiter. Je dois donner le crédit à l’équipe pour avoir réglé le problème avec mes freins. Nous avons aussi surmonté un problème de boîte de vitesses, ce qui nous a ralentis, mais nous sommes parvenus à nous accrocher jusqu’à la fin», a résumé le pilote de Mont-Tremblant par voie de communiqué.

En vertu de ces résultats, Hamilton domine le classement des pilotes avec 44 points, un de plus que Verstappen. Norris est troisième à 27, tandis que Stroll est 10e avec cinq.

Au-delà des résultats, ce sont les ennuis majeurs de Mercedes vers la mi-course qui ont retenu l’attention.

Hamilton a d’abord été victime d’une sortie de piste qui a endommagé son aileron avant au 31e tour, puis Valtteri Bottas a été contraint à l’abandon à la suite d’un spectaculaire accrochage avec le pilote Williams George Russell. En conséquence, la course a été interrompue au 34 tour pour réparer les dégâts en piste.

À la relance, Hamilton était neuvième. Loin d’être inquiet, il a alors orchestré une remontée magistrale jusqu’à la deuxième marche du podium - sans jamais avoir pu menacer Verstappen, cependant.

«Je dois féliciter Max et Lando. Pour ma part, c’est la première fois que je commets une erreur depuis longtemps. Je suis très heureux d’être ici (sur le podium), car ç’a été difficile à la relance. Mais c’était bien de pouvoir bagarrer en piste», a résumé Hamilton.

«De loin notre meilleur début de saison»

Les conditions climatiques au départ ont donné du fil à retordre aux équipes.

Alors qu’une pluie soutenue s’abattait sur une portion du circuit d’Imola, une autre était épargnée et complètement sèche. En conséquence, les équipes ont pris divers paris - certains payants, d’autres pas.

Verstappen, calmement installé derrière Hamilton au départ, a surpris le pilote Mercedes dans le premier virage, avant de lui fermer la poste dans le suivant. La manoeuvre ne s’est pas faite sans heurt; la monoplace du Britannique a subi de légers dégâts à l’aileron avant du côté gauche.

«Ç’a été une journée difficile pour tout le monde. Max a obtenu un départ monstrueux, s’est accroché dans le premier virage et a ensuite contrôlé le rythme de la course. C’est toujours difficile de perdre comme ce fut le cas au Bahreïn, donc c’était bien de venir ici et de signer la victoire - c’est de loin notre meilleur début de saison depuis plusieurs années déjà», a résumé le directeur de Red Bull Christian Horner.

La table était ainsi mise pour une course marquée par les rebondissements, avec en toile de fond la stratégie d’arrêts aux puits pour changer les pneus - d’intermédiaires à médiums ou tendres, pour la plupart d’entre eux.

Ce jeu du chat et de la souris a culminé avec le meneur de la course, Verstappen, qui est finalement entré aux puits au 28e tour pour des pneus tendres. Hamilton l’a suivi un tour plus tard, en adoptant la même option, et il est retourné en piste avec un retard d’environ 4 secondes sur le Hollandais.

À partir de ce moment, Verstappen était conscient qu’il pouvait aspirer à la victoire.

L’autre pilote Aston Martin, Sebastian Vettel, a éprouvé des ennuis mécaniques qui l’ont contraint à s’élancer de la ligne des puits. L’Allemand a bien tenté une remontée, mais il n’a jamais été dans le coup et a éventuellement été contraint d’abdiquer.

Le Torontois Nicholas Latifi a subi le même sort, mais dès le premier tour après avoir été accroché par le pilote Haas Nikita Mazepin. Sa Williams a terminé sa course en percutant violemment un muret de sécurité.

Le prochain Grand Prix aura lieu à Portimao, au Portugal, le 2 mai.