Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Gatinois d'origine serbe, Siniša Šindik, sera le descripteur des matches de water-polo des Jeux olympiques à la télé de Radio-Canada en juillet prochain.
Le Gatinois d'origine serbe, Siniša Šindik, sera le descripteur des matches de water-polo des Jeux olympiques à la télé de Radio-Canada en juillet prochain.

Une voix gatinoise pour le water-polo olympique à la télé

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Sa voix est bien connue en Outaouais. Elle a servi à décrire des matches des Olympiques de Gatineau, du défunt Fury d’Ottawa et même des Sénateurs à une vingtaine d’occasions, au fil de la dernière décennie, sur les ondes d’Unique FM.

Siniša Šindik se fera entendre à nouveau cet été, dans un événement de plus grande envergure. On pourra même voir la binette de l’homme de 32 ans.

Radio-Canada vient de le recruter au sein de son équipe de diffusion en vue des Jeux olympiques qui auront lieu, cet été, à Tokyo. On a décidé de lui confier la description des matches de water-polo au petit écran.

Plus précisément ceux du tournoi féminin dans lequel le Canada se battra pour une médaille. «Quant à la portion masculine, on présentera les demi-finales et finales», précise M. Šindik.

Qui sait, ce fier jeune homme aux origines serbes pourra peut-être même décrire une conquête de son pays natal. «C’est un sport très très big chez nous.»

Mais un sport qu’il n’a pas eu l’occasion de pratiquer au Canada.

Les Šindik sont arrivés au pays à la fin de novembre 1993, quand le petit Siniša n’avait que quatre ans.

«Selon ma mère, c’était un choc culturel au niveau de la température lors de cette première journée à l’aéroport. Il faisait moins 43 degrés Celsius avec le facteur vent... Bienvenue au Canada!»

Dans son cas, ce fut le soccer qui a animé sa jeunesse. Et le hockey bien sûr.

«J’ai regardé des matches de water-polo avec mon père. Ce n’est pas un sport inconnu pour moi! La Serbie est une force.»


« J’ai regardé des matches de water-polo avec mon père. Ce n’est pas un sport inconnu pour moi! La Serbie est une force. »
Siniša Šindik

«Mais je ne prétends pas avoir les mêmes connaissances que j’ai par rapport au soccer, le hockey ou même le tennis. Mais j’ai regardé les matches du récent tournoi de qualification chez les hommes. J’ai pris des notes. Et j’essaie d’apprendre le jargon du sport en regardant des vidéos de la France sur YouTube.»

Il fera ses devoirs pour apprivoiser rapidement ce sport d’ici les trois prochains mois.

Šindik a la réputation d’être un travailleur acharné et surtout un passionné.

Ayant passé sa jeunesse à Sherbrooke, il a mis le cap vers Ottawa-Gatineau en 2009 afin de faire des études en journalisme et communications à l’Université d’Ottawa. Avec ses colocataires, il avait mis sur pied à l’époque un blogue sportif, «Les Mordus du sport».

Ça lui avait ouvert certaines portes dans le monde des médias.

En plus de ses séjours à la description des matches des Olympiques, du Fury et des Sénateurs à la radio locale, il a occupé des fonctions similaires pendant trois ans au 91,9 FM, à Montréal. Il a décrit des parties de l’Armanda de Blainville-Boisbriand.

L’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) l’a aussi embauché à un certain moment au sein de son équipe de communications pour ses équipes sportives à la Place TD. Ces trois dernières années, son principal employeur est le service des communications d’Élections Canada.

Son aventure olympique ne l’amènera pas directement à Tokyo. Les parties de water-polo seront décrites en studio à Montréal

Siniša Šindik sera appuyé à l’analyse par l’ancienne joueuse vedette du Canada, Ann Dow. «S’il y a quelqu’un qui connaît bien ce sport, c’est bien elle qui a été intronisée au Panthéon des sports du Québec en 2019. Je serai très bien épaulé. Je me sens en confiance avec elle», avoue-t-il.

Il y aura une autre saveur locale dans la couverture francophone des Jeux olympiques à Radio-Canada. La société d’État enverra notamment une équipe de 11 journalistes sur le terrain afin de recueillir les réactions des athlètes canadiens.

Dans le lot, on retrouve Kim Vallière, qui couvre depuis six ans la scène sportive au «Téléjournal Ottawa-Gatineau».

Ce seront notamment 790 heures qui seront consacrées aux Jeux olympiques sur ICI TÉLÉ de Radio-Canada de même qu’à RDS, du 23 juillet au 8 août. Le Canada doit envoyer environ 230 athlètes au Japon pour concourir dans les 33 sports au menu.