Le combatif Émile Hegarty-Aubin, des Olympiques, tente de nuire au travail de Sean Larochelle.
Le combatif Émile Hegarty-Aubin, des Olympiques, tente de nuire au travail de Sean Larochelle.

Une victoire de caractère des Olympiques

Il y a des matches plus déterminants que d’autres dans une longue saison de 68 matches.

Celui de samedi soir en était un pour les Olympiques de Gatineau. En matinée, ils ont appris qu’ils perdaient les services de leur meilleur compteur pour la balance de la saison. À la grande surprise de la direction du club, Carson MacKinnon a choisi d’abandonner l’équipe pour aller compléter sa carrière junior près de chez lui à Summerside dans la Ligue junior A des Maritimes.

Comme un malheur ne vient jamais seul, Pier-Olivier Roy et Tyler Boivin ont été incommodés par le virus de la gastro. Les deux ont dû faire une croix sur le match contre les Tigres au centre Robert-Guertin.

Pour remplacer les trois attaquants, les Olympiques ont fait appel à Olivier Gervais-Daigneault des Flames de Gatineau junior AAA et Samuel Fortier de l’Intrépide de Gatineau midget AAA.

Dans ce match, les Olympiques pouvaient céder au découragement et lancer la serviette à l’idée de remonter le classement et accéder aux séries éliminatoires. Ils pouvaient aussi affronter l’adversité et faire preuve de caractère.

Les quelque 1600 spectateurs qui se sont déplacés au «Vieux Bob» par un soir de tempête ont eu leur réponse rapidement. Les Gatinois sont sortis très fort pour dominer la première période 17-7 au chapitre des tirs. Seul le brio du gardien Nikolas Hurtubise a permis aux Tigres de sortir du premier vingt avec une égalité de 0-0.

Puis, en deuxième période, Hurtubise a été blessé à la hanche ou à l’aine sur un jeu de routine. Il est sorti en civière. Après, les Olympiques ont marqué deux buts sur des désavantages numériques. Un de Kieran Craig. L’autre d’Émile Hegarty-Aubin. Les deux buts ont été préparés par David Aebischer, de retour du Championnat mondial junior.

Les Olympiques n’ont plus jamais regardé derrière. Evan MacKinnon a compté dès son premier match avec les Olympiques et Darick Louis-Jean a déjoué Fabio Iacobo d’un angle impossible et les locaux l’ont emporté 4-0.

Rémi Poirier a été époustouflant en repoussant 33 tirs devant la cage des Gatinois pour inscrire son deuxième jeu blanc de la saison le soir même où Creed Jones a aussi réalisé un blanchissage avec l’Océanic de Rimouski.

Pour les Olympiques, c’est une sixième victoire en sept matches. Un triomphe qui lance un message au reste de la ligue selon David Aebischier.

«C’est une victoire de caractère. C’était notre premier match sans Charles-Antoine Roy. On perd MacKinnon à la va-vite ce matin. Ce n’est pas facile de combler ce vide. Après, nous avions deux joueurs malades. Pier-Olivier Roy et Tyler Boivin sont de bons joueurs, mais nous savions aussi que c’était un match important pour nous. Il nous faut gagner contre des clubs qui sont dans une position similaire à la nôtre. Nous avons un club soudé. Nous avons tous joué un bon match. Nous n’avons pas fait beaucoup d’erreurs. Nous avons marqué deux buts sur le PK. C’est du caractère.»

L’entraîneur-chef Éric Landry a aussi beaucoup aimé la sortie de ses équipiers.

«On menait 4-0 à la fin et Jérémy Raiville bloquait encore des tirs. Nous avons une équipe soudée. Ceux qui restent veulent vraiment être ici. Nous n’avions pas un alignement idéal aujourd’hui, mais tout le monde a apporté quelque chose.»

En ce qui concerne Carson MacKinnon, il aurait demandé une transaction auprès d’Alain Sear avant les Fêtes, mais il avait assuré tout le monde qu’il voulait rester au retour du congé de Noël. Il a même fait partie de la photo d’équipe cette semaine. Il a pratiqué jusqu’à vendredi. À la dernière seconde, il a choisi d’aller rejoindre une équipe bâtie pour gagner un championnat dans les Maritimes.

Il n’a pas laissé la chance aux Olympiques de réagir à son départ. Les Gatinois seront donc privés d’un joueur de 20 ans pour le reste de la saison. Les Olympiques ont aussi accepté de le libérer en sachant qu’il restait à peine quelques mois à sa carrière junior.