En 2014, Marianne St-Gelais et Charles Hamelin s’étaient embrassés longuement, après une victoire de ce dernier au 1500 m.

Une séparation qui fait jaser

Saguenay — L’histoire d’amour entre la Félicinoise Marianne St-Gelais et Charles Hamelin est terminée. Les deux patineurs courte piste en ont fait l’annonce dans un bref communiqué commun émis jeudi après-midi.

« C’est avec une boule d’émotions au ventre que nous annonçons que nous avons récemment mis un terme à notre relation amoureuse. Après avoir partagé 10 ans de nos vies ensemble et vécu de grands moments personnels et sportifs, nous restons en très bons termes », ont-ils laissé savoir dans une déclaration publiée simultanément sur leurs comptes Facebook respectifs.

« Bien que cette décision puisse surprendre et paraître subite, soyez assurés qu’elle a été bien réfléchie, et prise d’un commun accord. Cette décision demeure chargée d’émotions pour nous et nos proches », ont-ils confié.

Cette annonce a de quoi surprendre. Avant les plus récents Jeux olympiques, à PeyongChang, ils avaient confirmé qu’ils étaient tous les deux à leur dernier tour de piste et qu’ils songeaient à fonder une famille.

Depuis dix ans
La patineuse de vitesse originaire de Saint-Félicien de 28 ans était en couple avec Charles Hamelin, âgé de 33 ans, depuis 10 ans. Un baiser échangé après une victoire de Charles Hamelin aux Jeux de Vancouver, en 2010, avait fait le tour du monde. Depuis, ils formaient l’un des couples les plus en vue dans le milieu sportif. La nouvelle de leur séparation a donc déclenché un tsunami de réactions sur les réseaux sociaux, étant la nouvelle la plus consultée de la journée.

Les patineurs n’accorderont aucune entrevue sur ce sujet, eux qui se préparent pour les Championnats du monde sur courte piste, qui se dérouleront la semaine prochaine à Montréal.

« Vous avez toujours été respectueux de notre couple et nous sommes convaincus que vous respecterez notre intimité dans le contexte actuel, et nous vous en remercions », ont-ils indiqué.

Jeux difficiles
Marianne Saint-Gelais est revenue de PeyongChang les mains vides, étant pénalisée au 500 et au 1000 mètres et prenant le 11e rang au 1000 mètres. Charles Hamelin a également été blanchi sur le plan individuel, mais a remporté le bronze au relais, sa cinquième médaille olympique en carrière.