Julie Brosseau (10) participera au premier tour du March Madness, samedi, à Austin.

Une griffe acérée des Black Bears du Maine

MONTRÉAL — Il y aurait environ quatre fois plus de bétail aux longues cornes au Texas que d’ours noirs dans le Maine. Une disparité semblable à celle qu’on serait tenté de voir entre une équipe classée deuxième dans son quart de tableau et celle cotée 15e.

C’est le défi qui attend Julie Brosseau et l’Université du Maine samedi soir au premier tour du March Madness à Austin, contre l’Université du Texas.

« Les Longhorns sont très fortes, mentionne la native de Repentigny, qui a joué avec les Nomades du Collège Montmorency. Ça va être très difficile, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. »

Brosseau en est à sa deuxième saison avec les Black Bears.

« J’ai eu plus de temps de jeu et un nouveau rôle plus important, dit-elle pour expliquer ses progrès d’une année à l’autre. L’entraîneure adjointe (Jhasmin Player) m’a beaucoup aidée. J’ai eu une période où mon pourcentage sur les tirs de 3 points n’était pas excellent et pendant un entraînement, elle a corrigé l’angle de mon bras quand je tire. Ça m’a aidée techniquement, mais aussi mentalement. »

L’équipe s’envolera jeudi pour le Texas. Les Black Bears vont s’entrainer deux heures vendredi et une heure samedi en vue du match de samedi soir, à 18 h.

Les Black Bears ont atteint le tournoi de championnat de la NCAA en remportant celui de leur regroupement régional, America East.

« Nos joueuses sont très polyvalentes, a dit Brosseau. Nos atouts se mélangent bien et depuis le début de la saison, on était déterminées à se rendre au March Madness. »

Brosseau, une athlète de 22 ans de cinq pieds huit, a connu son meilleur match le 3 décembre avec 29 points face aux Buckeyes d’Ohio State à Columbus, devant 5879 personnes.

« C’était une grosse foule, a dit Brosseau. Une énergie que je n’avais pas vraiment connue au Québec. Au March Madness ce sera le même type d’ambiance, mais encore plus intense. »

Les Longhorns comptent sur les sœurs jumelles de Gatineau, Audrey-Ann et Khaléann Caron-Goudreau.

Brosseau a été la troisième marqueuse des siennes cette saison, fournissant en moyenne 11,4 points par rencontre. De beaux pas en avant suite à une moyenne de 6,8 points par match en 2016-17.