En gagnant 41-36 contre les Tiger-Cats de Hamilton il y a trois jours à la Place TD, le Rouge et Noir signait une troisième victoire de suite.

Une équipe frustrante mais divertissante

Est-ce que l’histoire se répétera pour le Rouge et Noir ?

Une question à laquelle les amateurs obtiendront leur réponse dans le prochain mois. Les champions en titre de la coupe Grey ont conclu le calendrier régulier, vendredi dernier, avec une fiche de 8-9-1. Un dossier identique à la saison passée.

On connaît la suite. Ottawa avait remporté un premier titre pour la première fois en 40 ans.

« Tu le sens sur les lignes de côté depuis quelques semaines. Il y a une certaine confiance qui règne chez nous, que tout est possible », souligne le quart-arrière Trevor Harris.

En gagnant 41-36 contre les Tiger-Cats de Hamilton il y a trois jours à la Place TD, le Rouge et Noir signait une troisième victoire de suite.

Un troisième gain consécutif obtenu après avoir orchestré une remontée.

Il tirait de l’arrière par 16 points après le premier quart dans ce match.

Lors des deux joutes précédentes, Harris et ses coéquipiers ont comblé des retards de 19 et 12 points respectivement contre les Lions de la Colombie-Britannique et les Roughriders de la Saskatchewan.

Mine de rien, Ottawa se pointe en éliminatoires sur une séquence qui retient l’attention des autres clubs de la Ligue canadienne de football (LCF).

Il a gagné sept de ses 10 dernières parties.

Une seule équipe a mieux fait durant cette période. Calgary a huit victoires.

Une phrase résume bien l’édition 2017 du Rouge et Noir. Une équipe à la fois frustrante, mais divertissante. Elle a été impliquée dans 14 parties qui se sont décidées par sept points ou moins, un nouveau record de la LCF.

Tantôt, elle va réaliser des jeux spectaculaires. Puis quelques secondes plus tard, elle va gaffer.

Ce fut le cas vendredi.

Ottawa a été victime de cinq revirements. Mais surtout, certains de ses jeunes joueurs défensifs ont mal paru.

Les recrues Corey Tindal et Winston Rose ont écopé de mauvaises pénalités.

L’absence de Jerrell Gavins a paru aussi. Nicholas Taylor l’a remplacé en tant que demi et il a été battu de vitesse deux fois par Brandon Banks sur des touchés.

« Ce n’était pas beau comme match. Nous avons besoin de travailler sur certaines choses, reconnaît l’entraîneur-chef Rick Campbell.

«Mais nous avons trouvé une façon de gagner», répète-t-il depuis un mois.

Tout le contraire de la première moitié de saison lorsque le Rouge et Noir était très créatif dans ses façons d’échapper des avances. Cette équipe, rappelons-le, a entamé le calendrier avec une fiche de 1-6-1.

Ses joueurs profiteront d’une semaine de relâche en attendant de connaître la suite des choses. Ils regarderont attentivement le match entre les Argonauts de Toronto et les Lions de la Colombie-Britannique, tard samedi soir prochain, à Vancouver.

Une défaite des Argonauts va assurer le premier rang de la division au Rouge et Noir, et surtout une place en finale de l’Est, le 19 novembre, à la Place TD.

Une victoire signifierait que l’équipe devra jouer en demi-finale, le 12 novembre.

Cette joute aurait lieu à Ottawa contre une équipe de la division Ouest.