Kyle Havlena, Antonin Verreault, Darren Rumble, Gabriel Jackson, Kieran Craig, Milo Roelens, Frédéric Dutil et Emerik Despatie sont fiers d’avoir gagné le tournoi à trois contre trois des Olympiques de Gatineau mercredi.
Kyle Havlena, Antonin Verreault, Darren Rumble, Gabriel Jackson, Kieran Craig, Milo Roelens, Frédéric Dutil et Emerik Despatie sont fiers d’avoir gagné le tournoi à trois contre trois des Olympiques de Gatineau mercredi.

Une coupe «balloune» pour rester sur le qui-vive

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
La musique était tonitruante. Louis Robitaille tenait le microphone. L’entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau annonçait les buts en empruntant une voix de lutteur professionnel.

Sur la glace, trois équipes divisées en groupe de sept ou huit joueurs participaient à un tournoi à trois contre trois en zone restreinte. Le rythme était endiablé. Les joueurs avaient du plaisir. À la fin, c’est l’équipe assemblée par Kyle Havlena qui a pu soulever la coupe «balloune LNH», l’enjeu d’une matinée folle.

La journée avait commencé par une séance de repêchage où trois capitaines ont sélectionné leurs équipes. Avec son premier choix, le vétéran Havlena a sélectionné les mains agiles d’Antonin Verreault avant de se tourner vers un choix surprise: Darren Rumble. L’entraîneur-adjoint est un ancien défenseur de la LNH et il est venu remplacer Noah Warren (blessé) dans ce tournoi particulier.

«J’avais confiance en mes choix et je pense que ç’a fonctionné! Rumble est un gars intelligent sur la glace et j’avais aussi confiance en lui. La clé, c’était de penser à la défensive d’abord, de ne pas tenter des choses hors de l’ordinaire, de tirer au but quand nous avions la chance en espérant que la rondelle entre dans le filet», a expliqué Havlena après la victoire des siens.

Kieran Craig, Milo Roelens, Gabriel Jackson, Frédéric Dutil et Emerik Despatie ont aussi paradé avec la fameuse coupe devant des gradins vides dans cette compétition qui tombait à point.


« Nous n’avons pas le choix de prendre ça au jour le jour. »
Kyle Havlena

«Au hockey, tout le monde est concentré sur le prochain match. Pour nous, c’est difficile parce que nous ne savons pas quand aura lieu ce prochain match, a ajouté le défenseur Havlena. Maintenant, il faut nous concentrer sur les entraînements en attendant des nouvelles. Nous n’avons pas le choix de prendre ça au jour le jour. Pour nous, c’est important de devenir meilleurs chaque jour. Nous aurons des journées où il faudra apprendre le système et gagner des batailles à l’entraînement, mais un tournoi de trois contre trois, c’est plaisant à l’occasion. C’est bon pour construire l’esprit d’équipe. Nous avons eu du plaisir. C’est important de rester détendus et actifs dans les moments d’incertitude.»

Pour Louis Robitaille, l’occasion était belle de récompenser ses joueurs avec une activité spéciale. Quand il était l’adjoint de Mario Duhamel à Drummondville, il avait l’habitude d’organiser un tournoi similaire sur une base mensuelle.

«Quand tu es exigeant envers les joueurs, c’est parce que tu veux soutirer leur effort maximal. Les joueurs nous en ont donné depuis le début de la saison. Ça devient facile de leur en donner à notre tour. C’est important que notre message soit cohérent en permettant aux joueurs de s’amuser aussi. Sans le savoir, les joueurs ont compétitionné aujourd’hui. Ils ont appris. Ils sont devenus de meilleurs joueurs dans les zones restreintes. Ils ont fait ça dans le plaisir», a raconté Robitaille.

Ses adjoints se sont occupés de la logistique. Ils sont allés chercher une coupe en forme de ballon. Chaque joueur avait le devoir de choisir une chanson pour la playlist des matches de la matinée. Raphaël-Pier Richer était le commissaire du repêchage. Le tout a été capté sur vidéo.

«Les joueurs ne s’attendaient pas à ça. C’est ce qu’on veut. Demain, nous allons remettre nos bottes de travail et reprendre notre routine d’entraînement», a conclu Robitaille.

Et la coupe? Même si les membres de l’équipe championne l’ont embrassée sur la patinoire, personne ne l’a rapportée à la maison. Gonflée à l’hélium, elle a passé le reste de la journée à flotter dans l’ancien vestiaire de l’Intrépide de Gatineau à l’aréna Baribeau.