Les Sénateurs ont remporté trois des quatre parties contre les Leafs la saison dernière.

Une Bataille de l’Ontario renouvelée

La première édition de la Bataille de l’Ontario pour la saison 2017-2018 est à nos portes.

Les Maple Leafs de Toronto se sont amenés dans la capitale nationale vendredi au même moment où un site de paris sportifs en ligne, Bodog, a annoncé qu’ils sont leurs nouveaux favoris, à 8 contre 1, pour remporter la coupe Stanley en juin prochain.

Installés au deuxième rang du classement général de la LNH avec leur dossier de six gains contre un seul revers, les représentants de la Ville reine ont trois points d’avance sur des Sénateurs d’Ottawa (3-1-3) qui ne pourraient trouver un meilleur moment pour remporter un premier gain devant leurs partisans – et les nombreux fanatiques des Leafs qui aideront inévitablement à remplir les gradins – samedi soir au Centre Canadian Tire.

Alors que les deux équipes ontariennes ont participé aux séries du printemps dernier, les Sénateurs atteignant la finale de l’Est alors que les Leafs ont été éliminés au premier tour par Washington, la question qui se pose est de savoir si l’intensité va monter d’un cran entre les deux grands rivaux, comme au début des années 2000 quand ils se sont affrontés quatre fois en séries.

« Je ne peux pas voir comment ça pourrait être plus intense, plus de rivalité, c’était déjà au maximum l’année dernière contre Toronto », a rétorqué l’entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher en réponse à cette interrogation. 

« Toronto était déjà un des meilleurs clubs l’an passé, et tout le monde s’attend à qu’ils soient dans le top cette année, tout comme Tampa Bay. Personne ne nous place devant Tampa et Toronto cette saison et il y a une raison pour ça. C’est à nous de nous battre pour essayer d’avoir les mêmes résultats qu’on a eus l’an passé contre Toronto », a-t-il ajouté.

Son club avait remporté trois des quatre parties contre les Leafs la saison dernière (un en tirs de barrage et un autre en prolongation), des points de classement qui ont aidé les Sénateurs à finir trois points devant les Leafs à la fin de la saison régulière (98 points contre 95).

La « nouvelle » rivalité entre les deux équipes avait été lancée dès le premier match de la campagne, le 12 octobre, quand le premier choix du repêchage de l’été 2016, Auston Matthews, a marqué quatre buts, mais que Derick Brassard a compté le but gagnant d’un gain de 5-4 en prolongation.

« Je pense à ce match au début de l’année, Matthews compte quatre buts, c’est un match compétitif et on trouve le moyen de l’emporter. Il y a toujours l’énergie, la rivalité, l’historique de la Bataille de l’Ontario. Et maintenant les points de classement sont tellement importants parce que les deux clubs sont compétitifs et veulent finir le plus haut possible. L’atmosphère est fantastique, qu’on soit ici ou à Toronto, et ce sont des matches amusants à disputer comme joueur », a dit le défenseur Dion Phaneuf, qui s’estime heureux d’avoir vécu cette rivalité de l’intérieur des deux vestiaires, en plus d’avoir participé à la Bataille de l’Alberta du temps où il était à Calgary.

« Je ne veux pas donner trop de clichés, mais je n’ai pas le choix. Ce sont des matches à l’intérieur de notre division, des matches de quatre points, comme contre Montréal et les autres clubs de notre division. Et Toronto connaît un bon départ, c’est un bon défi pour notre équipe, qui devra lever son niveau de jeu d’un cran... La compétition est intense, c’est certain. Ils ont plusieurs bons joueurs, ils sont rapides et ils ont du punch en attaque. Nous allons devoir jouer selon nos propres forces. On a un bon club, eux aussi, ça devrait donner un bon samedi soir », a ajouté l’ancien capitaine des Leafs.

Le gardien Craig Anderson, qui sera de retour devant le filet pour un troisième match consécutif, espère que son club va avoir appris des erreurs commises contre les rapides Devils jeudi dans la défaite de 5-4 en prolongation.

« Nous sommes en processus d’apprentissage, en tant que groupe, on a appris au cours des derniers matches ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. J’ai hâte de retourner sur la glace pour voir à quel point nous avons grandi. Ils (les Leafs) nous ont toujours donné du fil à retordre, l’an passé comme avant. C’est la Bataille de l’Ontario, ils arrivent avec un club qui compte beaucoup de buts et pratique un bon système. Leur équipe s’est améliorée et tout le monde devrait être prêt pour un tel match alors qu’il y aura beaucoup d’énergie dans l’aréna », a souligné Anderson.

Souvenir d’un match mémorable

Craig Anderson a révélé récemment qu’après avoir alloué quatre buts à Auston Matthews lors de son premier match en carrière, il a demandé à celui-ci, par l’entremise des préposés à l’équipement des deux clubs, de signer le bâton de gardien qu’il avait utilisé lors de cette rencontre mémorable. Le jeune centre des Leafs a écrit «Thanks FOUR making my first game memorable», (merci d’avoir rendu mon premier match mémorable), ce qui a bien fait rire sa victime. «Il est aussi créatif quand il se sert de son intelligence que lorsqu’il joue au hockey, j’imagine qu’il faut s’y attendre d’un gars comme lui. Je n’ai pas fait ça souvent, demander à un adversaire d’autographier quelque chose pour ma collection personnelle, mais parfois il faut lever son chapeau à un gars qui a établi un record qui va probablement durer tant que je serai vivant», a raconté Anderson. Matthews a confié aux journalistes torontois vendredi que c’est le préposé à l’équipement des Leafs qui lui a suggéré d’écrire «Four» (quatre) au lieu de «for».