Pierre Dorion est convaincu que Guy Boucher peut mener l’équipe en séries pour une deuxième année consécutive.

Un vote de confiance pour Boucher

Pierre Dorion venait d’expliquer aux journalistes que son équipe devait s’améliorer à TOUS les points de vue. La question suivante semblait évidente. Par où commencer, alors?

« Par où commencer ? On va commencer par vous dire qu’il n’y aura pas de changements d’entraîneurs chez nous », a-t-il répondu avec vigueur.

« Guy était un excellent entraîneur l’année dernière. Sous sa gouverne, il nous a manqué un seul petit but pour atteindre la finale de la coupe Stanley. Guy va donc rester », a enchaîné le directeur général.

Ce vote de confiance devrait permettre à l’entraîneur de respirer un peu plus à l’aise.

Les rumeurs de congédiement ont commencé à circuler après le revers encaissé mardi soir, à Buffalo. Pour la première fois, certains membres des médias ont affirmé que « la glace sous les pieds de l’entraîneur était de plus en plus mince ».

Le bruit s’est rapidement propagé.

Boucher restera, jure Dorion. Et le DG n’est pas prêt à lancer la serviette. Il est convaincu que l’entraîneur peut mener son équipe en séries pour une deuxième année consécutive.

Boucher sera sans doute heureux de savoir qu’il peut toujours compter sur le soutien de ses patrons.

Si les insuccès des Sénateurs l’affectent, il fait de son mieux pour ne pas que ça paraisse.

« Notre job, nous autres, consiste à trouver des solutions. Nous avons des meetings individuels, des meetings de groupe, nous étudions nos adversaires... Il y a tellement de choses sur lesquelles se pencher que nous n’avons pas le temps de nous apitoyer sur notre sort », dit-il.

Turris parle

Durant son point de presse, en fin de journée, Dorion a fait les gros yeux quand on lui a parlé du dernier joueur qu’il a échangé.

De passage à Vancouver avec les Predators de Nashville, Kyle Turris a été appelé à parler de son départ d’Ottawa. Il s’est dit peiné de la tournure des événements.

« C’est regrettable. J’ai comme l’impression que la direction du club voulait que je reste. Le propriétaire n’était pas du même avis », a-t-il déclaré.

Dorion n’a visiblement pas apprécié cette sortie.

« Je suis responsable de prendre toutes les décisions qui sont relatives à la composition de notre équipe, martèle-t-il. Monsieur Melnyk n’a rien à voir avec cette décision. J’ai conclu cette transaction. Tout ce que je sais, c’est qu’il n’était pas disposé à signer, ici, le contrat qu’il a signé à Nashville. »

Harpur à Belleville, Burrows de côté

Guy Boucher n’avait pas vraiment le choix d’utiliser Thomas Chabot contre les Rangers. Il n’avait que six défenseurs en santé à sa disposition !

En milieu de journée, la direction des Sénateurs a choisi de renvoyer Ben Harpur à Belleville.

Le jeune géant de 22 ans avait pris part aux quatre dernières rencontres. Son temps d’utilisation avait cependant chuté, mardi, à Buffalo. Contre les Sabres, il a passé tout juste 13 minutes sur la patinoire.

« Harpur est jeune. C’est une recrue, plaide l’entraîneur-chef. Ben fait de bien bonnes choses, certains soirs. Il n’est cependant pas prêt à faire partie de notre formation chaque soir. »

Harpur a plutôt enfilé le maillot des Senators de Belleville, mercredi. Ça s’est plus ou moins bien fini pour lui. Il a écopé d’une pénalité d’inconduite en deuxième période.

Le départ de Harpur ne signifie pas pour autant que Chabot a la voie libre.

« Je dirais qu’ils sont tous les deux au même niveau, dit Boucher. Ils possèdent tous les deux de bien belles qualités. Ça ne veut pas dire que je suis prêt à leur confier des postes à temps complet. Ils ont passé de grosses minutes sur la patinoire lors de certains matches. Nous n’avons pas le choix de leur faire confiance. Il nous manque Mark Borowiecki et Chris Wideman, qui sont deux défenseurs bien établis dans la LNH. Nous voulons quand même donner aux jeunes le temps de grandir. Il ne faut pas oublier que Wideman et Boro ont eu besoin de temps pour se développer. »

On a demandé à Boucher si l’attaque massive, qui stagne, n’aurait pas besoin d’un jeune défenseur de talent comme Chabot tous les soirs.

« Thomas a récolté quelques points dans ses premiers matches. Depuis, il s’est montré plus discret, a-t-il répondu. C’est toujours la même histoire avec les recrues. Ils peuvent montrer de belles choses, par moments, mais... »

Paul en renfort

Ben Harpur a probablement croisé Nick Paul sur l’autoroute 401. Le jeune attaquant a été rappelé.

Il s’agit d’un deuxième séjour dans la LNH cette saison pour lui. Il a disputé quatre parties avec le grand club au mois de novembre.

« Nous essayons différentes choses en ce moment », commente Boucher.

Pour lui faire une place, Alexandre Burrows a été retranché de la formation. Il n’a pas affronté les Rangers. L’ailier québécois de 36 ans avait pris part aux 29 premières parties de la saison régulière. Il était le 11e attaquant le plus productif, ayant marqué trois buts et récolté autant de mentions d’aide. Son temps de jeu a toutefois été réduit, dernièrement. Il a été limité à un point à ses 15 dernières parties.