Brad Fritsch

Un succès mitigé en vue au Hylands?

Pas facile de vendre le retour d'un tournoi de golf professionnel dans la région de la capitale nationale sans au moins une vedette locale.
À deux semaines de l'événement, c'est le constat qui s'imposait hier alors que les organisateurs du Forces & Families Open et les dirigeants du circuit PGA Canada ont tenu un point de presse au club Hylands qui sera l'hôte du tournoi du 4 au 10 août prochains.
Côté golf, ça devrait bien aller alors que le parcours sud est en bonne condition et que le calibre de jeu est relevé sur l'ancien circuit canadien maintenant que cinq cartes de membres du circuit Web.com sont à l'enjeu pour les meilleurs boursiers, qui se disputeront 150 000 $ à Ottawa. Plus de 500 bénévoles ont déjà été trouvés pour les encadrer sur le parcours, ce qui devrait être amplement suffisant.
Le directeur exécutif du Fonds des familles de militaires, John Randolph, n'est cependant pas satisfait du travail qui a été effectué au cours des derniers mois pour obtenir l'appui de la communauté des affaires de la région. Alors qu'il espérait trouver preneur pour 78 quatuors de jeu lors des trois tournois pro-am qui précéderont le tournoi, seulement 48 avaient été vendus en date d'hier, assurant le Fonds de dons totalisant au moins 20 000 $, alors que les coûts et la bourse seront couverts.
«Côté golf, tout est bien organisé. Pour ce qui est infrastructures, ça s'en vient. Mais on ne peut répondre aux questions «Combien d'argent sera amassé?» et «Combien de personnes vont assister au tournoi?» Je ne sais pas et je ne sais pas. Plusieurs compagnies n'avaient plus d'argent dans leurs budgets promotionnels pour cette année. Nous avons probablement fait un meilleur travail pour préparer l'avenir que pour cette première édition», a indiqué Randolph hier, lui qui a une entente de trois ans pour tenir le tournoi au Hylands, près de l'aéroport.
Celui-ci espérait que le golfeur de Manotick Brad Fritsch, membre du circuit de la PGA, puisse non seulement agir comme ambassadeur du tournoi (sa photo est sur les affiches promotionnelles), mais qu'il puisse aussi jouer sur une exemption des organisateurs, mais ce ne sera pas possible en raison d'un engagement auprès d'un de ses commanditaires.
«Il y a certes une perception que c'est un circuit mineur qui ne compte pas de gros noms», a avoué Randolph, qui a donné ses exemptions à quelques golfeurs comme Jon Mills (ancien de la PGA maintenant membre du circuit Web.com), Graham Gunn, Andrew Jensen, Wayne O'Donnell (champion militaire) et Eric Hawerchuk (fils de l'ancien hockeyeur Dale et pro du club Cedar Brae, à Scarborough).
Une dizaine d'autres places seront disponibles lors de la qualification du lundi, qui aura lieu au club Camelot.
«Il semble y avoir beaucoup d'enthousiasme pour le tournoi, mais tant qu'un événement à sa première année n'est pas présenté, vous ne le savez pas vraiment. D'un point de vue spectateurs, il va falloir attendre de voir. Mais au point de vue de l'organisation et du golf, ça va bien», estimait le commissaire du circuit PGA Canada, Jeff Monday.
À moins que certains golfeurs locaux ne se qualifient le lundi précédent le tournoi, il ne devrait y avoir qu'un seul Québécois inscrit, soit Maxime Gilbert, qui est classé 133e sur la liste des boursiers du circuit PGA Canada.
Il en coûtera 25$ pour un laissez-passer permettant d'assister aux quatre rondes du tournoi, alors que ce sera gratuit pour les militaires et leurs familles.