De passage jeudi soir à Ottawa, Guy Lafleur a pu renouer avec deux trophées qu’il connaît bien, le trophée Hart et la coupe Stanley. Il est en ville afin de participer aux activités entourant la Classique du centenaire prévue samedi entre les Sénateurs et les Canadiens à la Place TD.

Un match des Anciens sans... le CH

Guy Lafleur venait d’autographier un livre pour un mordu de hockey. Quelques minutes auparavant, il avait enregistré un mot de prompt rétablissement pour un partisan franco qui a grandi en l’adulant.

L’ancienne étoile des Canadiens de Montréal a beau avoir disputé son dernier match de la LNH en 1991, il continue à attirer les foules. Ce dernier participait jeudi soir à un événement spécial de Bibliothèque et Archives Canada à Ottawa célébrant le hockey et particulièrement le trophée Hart remis au joueur par excellence de la saison régulière.

Un trophée qu’il a gagné deux fois, dont en 1977. « Ça fait longtemps », dit-il en riant.

Plus tôt dans la journée, Guy Lafleur s’est arrêté à Thurso afin de rendre visite à sa maman âgée de 86 ans. Samedi, on le verra à des activités entourant la Classique du centenaire qui aura lieu à la Place TD entre les Canadiens et les Sénateurs.

« Ce sera une belle expérience pour ces athlètes de jouer sur une patinoire extérieure, souligne Lafleur, nullement jaloux de n’avoir jamais obtenu pareille occasion durant ses années dans la LNH. J’ai tellement joué dehors quand j’étais tout jeune... »

Puis, on a eu droit à son franc-parler qui le rend encore si populaire auprès des amateurs. « Ce que je déplore par contre de cette classique, c’est que les Anciens Canadiens ne joueront pas contre les Anciens Sénateurs », lance-t-il.

« Je trouve ça dommage. J’en parlais avec d’autres anciens des Canadiens. Ça aurait été le fun. »

Les Anciens Sénateurs s’affronteront plutôt entre eux vendredi soir sur la patinoire du Parlement. Il y aura notamment les Yashin, Alfredsson, Daigle, Havlat, Fisher, Neil, Phillips, Redden et Lalime. On retrouvera aura aussi les... Vial, Lambert et Kuba.

Un petit deux que les mordus de hockey auraient préféré voir les Richer, Damphousse, Carbonneau et Delorme. Surtout quand on sait à quel point les partisans du CH s’amusent à remplir le centre Canadian Tire lors de chacune des visites de leur équipe favorite à Ottawa.

« Nous n’avons reçu aucune invitation », assure Guy Lafleur.

Et si les Anciens du Tricolore avaient été invités ? Est-ce que le Démond blond aurait effectué un retour l’instant d’une soirée dans son patelin ?

« Non, je ne pense pas », avoue Lafleur.

Qui sait, en revanche, il aurait peut-être pu diriger son ancien club.

« C’est sûr que les Anciens Sénateurs auraient misé sur plusieurs jeunes retraités. Mais ça aurait été un match très amical. »

Guy Lafleur demeure aussi toujours très généreux de son temps. L’entrevue a duré une dizaine de minutes. Plusieurs personnes attendaient patiemment afin d’échanger quelques mots avec lui.

Il a été question d’un peu de tout. Que ce soit des nombreux bancs vides aux matches locaux des Sénateurs depuis le début de la saison ou de l’entêtement de la LNH à ignorer Québec pour une franchise d’expansion au détriment de Vegas et maintenant Seattle.

« Je trouve malheureux qu’on lève le nez et qu’on ne porte pas attention à la ville de Québec. L’aréna est là depuis quelques années. »

Lafleur croit que les promoteurs du retour de la LNH devraient se lever et déplorer ce snobisme. « Peut-être qu’il faudrait que les gens sortent avec leurs casseroles et commencent à taper dessus », ajoute-t-il, sourire en coin.