« Je lance moins fort que d’autres. Mais j’ai de bonnes balles à effet », confie Sébastien Simard.

Un lanceur gatinois recruté par l’ABC

À l’image de plusieurs jeunes joueurs de baseball de Gatineau, Sébastien Simard a frappé ses premières balles sur un des losanges du parc Sanscartier. Son premier bâton, il l’a tenu à l’âge de cinq ans.

Une décennie plus tard, le voilà unique produit de l’Outaouais à être recruté par l’Académie de baseball du Canada (ABC) en vue de la saison 2018. Plus précisément, il se joindra à l’alignement de l’équipe des moins de 16 ans après avoir passé les deux derniers étés chez les Tyrans Midget AAA de Gatineau.

« C’est un honneur de pouvoir représenter ma région, mais aussi le Québec et même le Canada aux États-Unis. C’est une grande fierté de jouer avec les meilleurs joueurs de mon âge d’un peu partout au Québec. C’est une nouvelle aventure à laquelle je ne m’attendais pas », avoue Simard, une semaine après avoir appris la bonne nouvelle.

Ce dernier n’avait pas l’ABC dans sa mire. Mais il a épaté à un camp de sélection le mois dernier en Floride.

Les dirigeants de l’académie ont aimé le frappeur qu’il est devenu, mais surtout ses qualités de lanceur.

« Sébastien, c’est un lanceur très précis et intelligent. Il possède un bon répertoire et un bon contrôle de ses lancers. Sa mécanique est fluide et constante », souligne Stéphane Pétronzio, qui l’a dirigé lors des deux dernières saisons chez les Tyrans.

Simard est le premier à l’admettre. Il ne garroche pas des balles de feu en prenant place au monticule, du haut de ses 6’1’’ et 160 livres.

« Je lance moins fort que d’autres. Mais j’ai de bonnes balles à effet. »

Dans le lot, on dit que sa courbe déstabilise les frappeurs adverses. Même chose pour ses deux types de changement de vitesse.

Simard a sûrement un peu du père dans le nez. Luc Simard a été lanceur dans la Ligue junior élite du Québec vers la fin de son adolescence.

Maintenant, c’est le tour de fiston, qui disputera une vingtaine de matches dans ce circuit avec l’ABC.

Le reste de son été sera passé au sud de la frontière. Cinq tournois se trouvent à l’horaire, dont le Perfect Game, World Wood Bat Association, du 6 au 13 juillet à Atlanta. Il s’agit du gros événement aux États-Unis avec 384 équipes inscrites.

À la fin mai, ce sera aussi direction vers la Floride, plus précisément l’IMG Academy, pour la Prep baseball Series.

« C’est une opportunité pour moi, mais aussi les autres joueurs de l’équipe de sortir du Canada. On ne se le cachera pas. Si tu restes au pays, c’est difficile de percer. En allant aux États-Unis, c’est plus facile de se faire voir par les dépisteurs des collèges américains et des équipes du baseball majeur. C’est la porte d’entrée vers le monde professionnel », rappelle Simard.

Avant de penser à ces tournois, l’ado âgé de 16 ans va se taper une compétition importante de... badminton. C’est son autre passion sportive.

L’étudiant-athlète représentera son école, le collège Saint-Alexandre, aux championnats provinciaux scolaires, le week-end prochain, à Québec.

« J’aime pratiquer un autre sport. Ça me permet de penser à autre chose. Et c’est un environnement différent, dit-il.

«Je trouve que c’est un sport complet. Le bras est beaucoup sollicité. Ça m’aide quand même pour le baseball.»