Maintenir la distanciation physique avec les foules au bord de la route n’a pas été une tâche facile.
Maintenir la distanciation physique avec les foules au bord de la route n’a pas été une tâche facile.

Un jour de repos pas comme les autres au Tour de France

Associated Press
LA ROCHELLE - On a droit à une journée de repos pas comme les autres pour la caravane du Tour de France.

Après neuf étapes très disputées et épuisantes qui ont amené le peloton de la Côte d’Azur aux Pyrénées via un court trajet dans les Alpes, les coureurs prendraient normalement du temps, lundi, avec leurs amis et leur famille.

Mais cette année est différente.

En plus de leur routine de récupération, les 166 coureurs toujours dans la course resteront dans leur propre «bulle», avec une épée de Damoclès suspendue au-dessus de leur tête alors qu’ils subiront des tests de coronavirus qui décideront s’ils peuvent poursuivre la compétition.

«C’est dérangeant, mais nous devons être patients, a confié le Français Warren Barguil, assis aux côtés de son chef de file de l’équipe Arkea-Samsic Nairo Quintana lors d’une vidéoconférence. Nous verrons nos familles à Paris le 20 septembre.»

Même avec le filtre vidéo les séparant des journalistes, les deux coureurs ont gardé leur masque facial pendant qu’ils répondaient aux questions.

Les organisateurs du Tour de France ont révélé qu’environ 650 tests seraient effectués. Certains ont eu lieu dimanche, la majorité des coureurs étant testés lundi.

Menacé d’une annulation à un certain moment - plus de 30 000 personnes sont décédées en France après avoir contracté le coronavirus, faisant du pays l’un des plus durement touchés d’Europe - le Tour a été sauvé en le repoussant de sa date traditionnelle de juillet à la fin de l’été. Le prix payé est un protocole sanitaire lourd qui comprend des tests COVID-19 obligatoires pour les coureurs et les membres du personnel des équipes les jours de repos.

Tous ont été testés avant le début du Tour à Nice et ont depuis vécu dans la quarantaine de la course, en veillant à rester à l’écart des partisans et des commanditaires généralement omniprésents pendant les trois semaines de l’événement populaire.

Depuis que quatre membres du personnel de l’équipe belge Lotto-Soudal ont été renvoyés chez eux à la suite de tests anormaux au coronavirus à la veille du Tour, la course s’est déroulée sans autre incident lié à la COVID-19.

Possible tourmente

Mais maintenir la distanciation physique avec les foules au bord de la route n’a pas été une tâche facile. Lors de la première étape de samedi dans les Pyrénées, de nombreux spectateurs sans masque n’ont pas respecté la distance de deux mètres exigée par les organisateurs en applaudissant leurs coureurs préférés.

Bien que les résultats des tests ne devraient pas être dévoilés avant mardi, les équipes découvriront bientôt si le virus a contaminé la bulle de la course.

«Ce serait vraiment dommage de voir un coureur exclu du Tour de France parce qu’il a été encouragé par des partisans pas assez attentifs», a reconnu le directeur de l’équipe Cofidis, Cédric Vasseur.

La prochaine série de tests pourrait en effet jeter la course dans la tourmente. Toute personne dont le test est positif devra quitter la course et toute équipe comptant plus de deux tests positifs - coureur ou membre du personnel - dans les sept jours sera expulsée.

Pour éviter les faux positifs qui pourraient exclure les coureurs en bonne santé, les organisateurs du Tour ont déclaré qu’ils essaieraient d’effectuer un nouveau test et une analyse sanguine le plus rapidement possible. Ils ont mis en place un laboratoire mobile de coronavirus qui peut produire des résultats en deux heures.

Après la dernière étape de dimanche dans les Pyrénées, où le Slovène Primoz Roglic s’est emparé du maillot jaune du leader de la course, les 22 équipes du Tour ont voyagé en autobus vers l’ouest de la Charente. La course reprend mardi avec une étape sur le plat reliant deux îles, l’Ile d’Oléron et l’Ile de Ré.

Roglic devance le tenant du titre Egan Bernal de 21 secondes. Le Français Guillaume Martin est à la troisième place, à 28 secondes de retard.