Le guide de pêche Yannick Loranger a bien hâte d'amener ses clients sur la rivière des Outaouais.
Le guide de pêche Yannick Loranger a bien hâte d'amener ses clients sur la rivière des Outaouais.

Un guide de pêche de Rockland pourra renouer avec ses clients

Le téléphone sonnait beaucoup depuis le début de la saison de pêche, il y a trois semaines. Les courriels de clients ontariens qui voulaient retenir ses services pour taquiner le poisson sur la rivière des Outaouais se multipliaient aussi.

Chaque fois, Yannick Loranger devait dire non.

Le gouvernement de l’Ontario avait interdit les tours guidés sur son territoire depuis le début de la COVID-19. Une mesure qui sera levée dès vendredi.

«Une bonne nouvelle que nous avons eu lundi, avoue Loranger, un Franco-Ontarien de Rockland qui a fondé la compagnie Ottawa River Guided Fishing en 2010.

«Tu avais le droit de pêcher avec tes amis, mais tu ne pouvais pas aller pêcher en excursion organisée... J’avais une longue liste de clients qui attendaient le ‘Go’. Depuis hier que je réponds aux gens. Mon horaire est déjà plein jusqu’à la fin de juin.»


« Quand je suis déménagé à Rockland, je voulais embaucher un guide pour aller sur la rivière. Mais il n’y avait rien dans le coin pour monsieur et madame Tout-le-Monde. »
Yannick Loranger

Il s’agira de son dixième été à se promener sur la rivière des Outaouais en tant que guide de pêche. Son gagne-pain, lui qui était auparavant technicien forestier. Un métier qui avait attiré dans l’Est ontarien ce natif de New Liskard.

«Je ne pensais jamais devenir guide, même si j’ai toujours été un passionné de pêche, raconte-t-il.

«Quand je suis déménagé à Rockland, je voulais embaucher un guide pour aller sur la rivière. Mais il n’y avait rien dans le coin pour monsieur et madame Tout-le-Monde qui étaient intéressés par le doré ou le brochet. Ça m’a surpris. Je me disais qu’il y avait peut-être un potentiel. Tu ne retrouvais que des guides pour le maskinongé. C’est très spécialisé et le taux de succès est moins élevé.»

Yannick Loranger effectue en moyenne 100 excursions par été. Un chiffre qui était même passé à 200 sorties en 2018 en étant appuyé par d’autres guides.

«Mais ce fut moins occupé l’an dernier avec les inondations et les poissons morts qui ont été retrouvés dans la rivière», souligne-t-il.

À quel point le père de famille a-t-il hâte de renouer avec les clients qui veulent taquiner le poisson? Ce dernier avait effectué quelques sorties sur l’eau, mais avec fiston.

«Ça part vendredi. Go, go, go», lance-t-il au bout du fil.