Le Gatinois Dusan Aleksic avait joué avec le club Aqua-Polo de Hull avant d’entamer sa carrière en Hongrie.

Un gardien gatinois marque un but au water-polo

Quand il a décidé de devenir gardien, Dusan Aleksic ne croyait jamais marquer un but au water-polo. C’est pourtant ce qui s’est produit lors d’un récent match professionnel en Italie impliquant le joueur gatinois.

« J’ai encore des frissons quand je regarde la vidéo », avoue Aleksic au bout du fil, tard lundi soir. Deux semaines se sont écoulées depuis son exploit, le 23 février.

La scène se passait à Civitavecchia, au nord de Rome. L’athlète âgé de 27 ans et ses coéquipiers du President Bologna rendaient visite au SNC Civitavecchia.

Une confrontation entre deux formations de deuxième division. Le pointage était égal 7-7 avec 2,2 secondes à écouler en temps réglementaire.

Aleksic venait d’effectuer un arrêt sur un jeu initié par le gardien adverse qui s’était éloigné de sa cage.

« J’ai regardé le temps qu’il restait au tableau, puis j’ai regardé à l’autre bout. Le gardien était à deux ou trois mètres de son filet. Je me suis dit que je devrais essayer de lancer le ballon. C’était un tir parfait. »

Encore mieux ?

Ce fut un but victorieux. Un but qui couronnait une remontée de son équipe qui tirait de l’arrière 7-4 à la fin du troisième quart.« C’est extrêmement rare qu’un gardien marque, a rappelé Aleksic. C’est très difficile. J’étais environ à 30 mètres de l’autre filet. Donc, c’est pas mal loin ! Je n’étais même pas sûr que le ballon se rendrait jusque-là. Mon bras était lourd.»

La réaction de ses coéquipiers l’a touché. Ils ont été plusieurs à nager vers lui pour célébrer.

«C’était incroyable. Je n’aurais jamais pu rêver à pareil moment. C’est inoubliable. Surtout quand tu vois la réaction des joueurs autour. Ils capotaient, surtout que c’était pour la victoire.»

Même l’entraîneur n’a pu contenir ses émotions, dit-on.

«Il possède beaucoup d’expérience. Il m’a dit qu’il n’avait pas vu ça auparavant.»

La vidéo du but est devenue virale dans certains pays en Europe. «Un peu tout le monde en parlait. C’était sur des sites web. C’était aussi dans le journal», précise Aleksic.

À travers les célébrations, un truc lui a échappé.

«Je n’ai aucune idée ce qui s’est passé avec ce ballon. Je n’ai pas pensé de le ramasser.»

Ce n’est pas grave. Il n’est pas du type collectionneur.

Ce qui le rendait encore plus heureux ? Que la victoire maintienne son équipe dans la course aux éliminatoires.

Le President Bologna occupe le cinquième rang de sa division. Les quatre premiers clubs accéderont au tournoi printanier.

Il s’agit de la cinquième année de Dusan Aleksic dans les rangs pros en Europe pour l’athlète aux racines serbes qui a grandi en Outaouais. Le produit du défunt club Aqua-Polo de Hull avait entamé sa carrière en Hongrie. Il y a eu ensuite des arrêts en Espagne puis en Suisse avant d’aboutir en sol italien à la fin de l’été dernier.

«J’aime ça ici. Ça va bien», affirme Aleksic, dont l’horaire sera très occupé dans les prochains mois. Ce dernier rejoindra l’équipe canadienne en Australie dans une dizaine de jours en vue des qualifications de la Ligue mondiale. Puis à la fin juillet, ce sera place aux Jeux panaméricains à Lima, au Pérou.

L’enjeu ?

Une place aux Jeux olympiques pour le pays qui gagnera l’or.