Le skieur alpin Dustin Cook peut être fier de sa saison. Il a notamment signé le neuvième temps du super-G à PyeongChang.

Un dernier effort attend Cook

Deux autres courses et Dustin Cook pourra enfin remiser ses skis pour quelques mois.

Le skieur alpin du Lac Sainte-Marie, qui a terminé neuvième au super-G des Jeux olympiques, participera à deux descentes à Aspen, au Colorado, la semaine prochaine. Tout ça afin d’accumuler des points de la Fédération internationale de ski (FIS).

« Pour améliorer mon rang de départ en vue des courses la saison prochaine en Coupe du monde, pour rendre ma vie un peu plus facile », a-t-il expliqué, samedi, lorsque joint à Salt Lake City.

Cook se trouvait au Utah en compagnie de sa copine. Il avait décidé de faire l’impasse sur les championnats canadiens qui se déroulaient durant le week-end en Colombie-Britannique.

Canada Alpin profitait de cet événement afin de saluer ses meilleurs athlètes de la dernière saison.

Cook a notamment été élu le skieur alpin masculin de l’année. « C’est toujours plaisant d’être salué », a-t-il commencé par dire.

Puis le produit de l’Outaouais a reconnu que le peloton était moins relevé que par le passé au pays. « Nous avons perdu quelques gars en raison de blessures », a-t-il ajouté.

Dans le lot, il y a Erik Guay, qui a dû déclarer forfait en vue des Jeux olympiques. Ce qui en fait en sorte que tous les projecteurs étaient rivés sur Cook, vice-champion du monde au super-G en 2015.

Très heureux
Ce dernier a pris le 32e rang à la descente à PyeongChang. Le lendemain, il a obtenu le neuvième temps le plus rapide au super-G.

« J’étais très heureux de cette performance. Ma saison jusque-là avait été ordinaire. Je faisais toujours quelques petites erreurs qui me coûtaient quelques fractions de seconde. Ça fait toute la différence dans un classement si serré. Je dirais que la compétition sur la scène internationale n’a jamais été aussi forte. Tu dois presque être parfait pour gagner. »

Cook, qui a fêtera ses 30 ans l’hiver prochain, compte bien être du prochain rendez-vous olympique dans quatre ans à Pékin, en Chine. « J’ai tellement eu de plaisir aux Jeux. Je ressors de cette aventure très motivée », a-t-il soutenu.

« L’idée d’arrêter, de prendre ma retraite, ne m’a jamais passé par l’esprit. »

S’il était absent des championnats canadiens ces derniers jours en Colombie-Britannique, ce fut tout le contraire de Valérie Grenier. La skieuse de St-Isidore a défendu samedi son titre national en slalom géant. La veille, elle avait terminé troisième au slalom.