Julie Vandal (à droite sur la photo) montre fièrement la médaille d’or remportée aux Jeux du Canada en ringuette avec ses coéquipières Mélissa Demers et Sara Plouffe. Le trio est originaire de Gatineau.

Un but doré qui a marqué Vandal

Deux jours se sont écoulés depuis qu’elle a marqué en prolongation lors de la finale, depuis qu’elle a permis au Québec de remporter une première médaille d’or en ringuette aux Jeux du Canada.

Julie Vandal a encore un peu de difficulté à saisir ce qui s’est passé, vendredi soir, à Red Deer, en Alberta.

« Parce que c’est un rêve qui est devenu enfin réalité. Ça fait trois ans et demi que toutes les filles travaillaient avec un seul objectif en tête », souligne la joueuse de Gatineau au bout du fil.

« Le 22 février 2019, on devait être en finale et gagner l’or », ajoute-t-elle du même souffle.

Vandal carburait encore aux émotions, dimanche matin, lorsque jointe chez elle dans le quartier Touraine. Elle était revenue durant la nuit. « J’ai dormi un peu. Ça fait du bien. »

Mais sa voix craquait ici et là durant l’entrevue.

« Parce que j’ai tellement crié dans la dernière semaine », explique la jeune femme âgée de 19 ans.

Elle a surtout crié vendredi après avoir marqué le but décisif. Une scène tatouée en mémoire.

« Je me rappelle d’avoir piqué l’anneau, de l’avoir tiré et regardé entrer dans le filet. J’ai regardé ensuite l’arbitre pour voir si le but était bon. Ensuite, j’ai capoté », relate-t-elle en riant.

« Je n’oublierai pas ce moment-là. »

Une à une, ses coéquipières ont sauté sur elle.

« J’étais au bas de la pile et toute écrasée ! », précise Vandal en riant.

Le Québec a battu non seulement l’Ontario en finale, mais également le Manitoba en demi-finale. « Ce sont les deux puissances en ringuette », a expliqué l’héroïne de cette conquête historique.

« Nous étions un peu stressées dans le vestiaire avant la prolongation. Mais c’était un bon stress. Les filles se parlaient entre elles. Nous étions excitées de jouer. Nous n’avions pas peur d’aller sur la glace. Cela nous a aidées. »

Vandal a vécu cette victoire en compagnie de deux bonnes amies. Sara Plouffe et Mélissa Demers sont ses deux coéquipières chez le Fusion de Gatineau dans la Ligue nationale de ringuette.

Le trio était membre d’Équipe Québec aux Jeux du Canada. « On se connaît depuis l’âge de sept ans, note Vandal. Mélissa, c’est ma partenaire à la défensive chez le Fusion. »

Sauf qu’aux Jeux du Canada, les entraîneurs de la formation québécoise ont muté Vandal en attaquante. Une décision payante puisque l’étudiant-athlète du Cégep de l’Outaouais a terminé au sommet des meilleures marqueuses du tournoi avec 24 points en sept parties.

Place aux skieurs de fond

Vandal, Plouffe et Demers ne sont pas les trois seules athlètes de la région qui sont montées sur le podium lors du premier bloc des Jeux. Cédrick Brunet et Mikaëlle Gauthier ont gagné chacun trois médailles, respectivement en patinage de vitesse et en natation artistique.

Les biathlètes Piaper Veinotte et Oliver Holder ont aussi remporté une médaille en biathlon.

« Ça montre qu’il y a du talent en Outaouais », s’est réjouie Julie Vandal.

Douze athlètes de la région participeront au deuxième bloc de compétitions des Jeux du Canada dans les sept prochains jours. Les fondeurs Antoine Cyr, Magalie Daoust, Tove Halvorsen, Laura Leclair et John Lindfors seront notamment à surveiller tout le judoka Félix-Olivier Bertrand. L’Outaouais sera aussi représentée en hockey féminin, en surf des neiges, en tir à l’arc de même qu’en squash.