Un autre point échappé

Erik Karlsson l’a bien dit en matinée, son affrontement contre Drew Doughty n’était pas un référendum à savoir lequel des deux est le meilleur défenseur de la LNH à l’heure actuelle. « C’est son équipe contre mon équipe », a affirmé le capitaine des Sénateurs d’Ottawa.

Au niveau collectif, il n’y a pas vraiment eu de gagnant entre leurs deux clubs alors qu’il a fallu aller en compétition d’habiletés individuelles, les tirs de barrage, pour faire un maître et les Kings de Los Angeles ont eu le meilleur à ce niveau pour l’emporter 3-2 devant 14 034 amateurs au Centre Canadian Tire.

Un but en désavantage numérique de Nate Thompson à la septième minute du troisième tiers avait brisé une égalité de 1-1, mais le gardien Mike Condon, qui avait excellé jusque là face à un barrage de 42 lancers, a fait un cadeau sur une mauvaise sortie avec 1:46 à faire dans le match et Adrian Kempe en a profité pour créer l’égalité et forcer la tenue d’une quatrième période de prolongation en six parties à domicile en ce début de campagne.

Ottawa (4-1-4) a échappé une avance en troisième période pour une troisième fois cette saison, mais a quand même récolté un point de classement lors de huit de ses neuf premiers matches, ce qui avait été réalisé pour la dernière fois en 2007-2008.

Mike Cammalleri et Adrian Kempe ont compté en fusillade alors que le gardien des Kings Darcy Kuemper a ajouté des arrêts contre Kyle Turris et Mark Stone à ses 30 des 65 premières minutes pour mériter la victoire, la deuxième de l’ancien du Wild du Minnesota dans son nouvel uniforme.

« On aurait préféré avoir les deux points, c’est certain, a soupiré Condon après coup. Johnny (Oduya) m’a parlé (sur le but égalisateur) et ce n’est pas de sa faute, il m’a demandé de renverser le jeu et j’ai raté ma passe, c’est de ma faute. On a pratiqué ça souvent, plus de 200 fois cette semaine, mais j’ai fait une erreur mentale. J’imagine que je vais devoir faire 1000 répétitions, 200, ce n’était pas assez apparemment. »

Les deux équipes étaient nez à nez après 40 minutes de jeu où Condon et Kuemper se sont avérés solides.

Le gardien substitut des Sénateurs ne s’est pas laissé affecter par un but marqué très tôt dans la rencontre, après 24 secondes de jeu, quand Derick Brassard a perdu une mise au jeu dans son territoire et qu’Alex Martinez en a profité pour décocher un puissant tir frappé sur réception, la rondelle semblant dévier sur le bâton de Mark Stone.

Condon a empêché les visiteurs d’augmenter leur avance en frustrant Kurtis MacDermid après un revirement de Mike Hoffman dans sa zone. Ce dernier s’est bien repris quelques instants plus tard en repérant Dion Phaneuf en zone neutre. Avec un bon élan, celui-ci est descendu le long de l’aile gauche et il a pris un tir papillon qui a surpris Kuemper du côté rapproché. 

Kuemper a cependant réalisé quelques bons arrêts par la suite, notamment du bloqueur contre Chris Wideman à partir de l’enclave lors du seul avantage numérique des Sénateurs au cours des deux premiers tiers. Il a aussi frustré un Tom Pyatt qui était partout sur la patinoire lors de ce match à quelques occasions.

« Nous avons eu encore quelques problèmes en troisième période, il va falloir nettoyer ça. C’est difficile à accepter, on se place dans une position puis on arrive en troisième période et on accorde un but égalisateur. Le momentum a changé à la fin et on doit faire un meilleur travail pour gérer ça », a dit Pyatt, qui a décoché six tirs au but.

Comme Doughty, Karlsson a été blanchi lors de ce match, lui qui tentait d’amasser trois points pour un troisième match de suite, chose qu’il n’avait faite qu’une seule fois auparavant dans sa carrière, en février 2012.

Les Sénateurs termineront maintenant leur séjour à domicile de cinq parties en recevant les Flyers de Philadelphie jeudi.

PAS DE LA FAUTE DE CONDON

Dion Phaneuf et Guy Boucher étaient d’accord après ce revers de 3-2 aux mains des Kings, ce n’était pas une bonne idée de blâmer Mike Condon pour l’avance échappée en fin de partie.

« On doit travailler à mieux finir les matches, c’est certain, on en a parlé dans notre chambre et avec tout le monde, a dit Phaneuf l’auteur du premier but des Sénateurs. Mais il ne sert à rien de pointer Condo du doigt, on n’est pas dans le match sans lui. Tout le monde fait des erreurs. Il y a bien d’autres gars qui en ont commis, incluant moi, et il était toujours là pour les réparer. Il n’y a pas de problème, on va aller de l’avant. »

Phaneuf n’achetait pas la théorie voulant que les locaux auraient dû profiter de la fatigue de leurs adversaires, qui s’étaient inclinés 3-2 à Toronto la veille au soir, leur premier revers en temps réglementaire de la saison. « Parfois, ça arrive comme ça, tu as joué le soir d’avant et tu ne fais que continuer ta routine, tu es habitué à jouer et tu continues, on l’a fait nous aussi », a ajouté Phaneuf.

Jean-Gabriel Pageau a obtenu une passe sur le but de Phaneuf alors qu’il disputait son 200e match de suite dans l’uniforme des Sénateurs, devenant le neuvième joueur de l’équipe à atteindre un tel plateau. Sa séquence d’homme de fer a commencé le 18 février 2015 contre Montréal. Boucher était d’accord pour ce qui est de Condon, même s’il a blâmé cette autre avance échappée en troisième période « sur un autre revirement, il faut mieux gérer la rondelle. On l’avait fait pour une bonne partie de la troisième, contre un excellent club. Mais on ne blâmera pas Condon, il a fait d’excellents arrêts », a-t-il commenté.

>> Sommaire du match