L'entraîneur des Gee Gees de l'Université d'Ottawa, Patrick Grandmaître
L'entraîneur des Gee Gees de l'Université d'Ottawa, Patrick Grandmaître

Un autre coup dur pour le sport universitaire

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
L’année avait déjà été assez dure pour Patrick Grandmaître et pour l’équipe de hockey masculine de l’Université d’Ottawa.

En mars, la pandémie a forcé l’annulation du Championnat national. Les Gee Gees se trouvaient à Halifax, à la veille de disputer leur premier match à cette importante compétition, quand la nouvelle a été annoncée.

Ce fut un coup dur, surtout pour les nombreux joueurs qui arrivaient à la fin de leur parcours d’athlètes étudiants.

Un autre coup dur a été porté, jeudi, quand U Sports a décidé d’annuler tous les championnats hivernaux au pays.

Il n’y aura donc pas de hockey, pas de basket-ball, pas de volley-ball à l’Université d’Ottawa, en 2020-21. Ce sera la même chose, évidemment, pour les rivaux de l’université Carleton.

Les équipes qui représentent les collèges préuniversitaires et les écoles secondaires de l’Outaouais se retrouvent pour leur part en sursis. Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) a décidé jeudi de suspendre toutes ses activités jusqu’à la mi-janvier.

Il reste donc un peu d’espoir.

Grandmaître essayait encore d’encaisser le coup, lorsque Le Droit l’a contacté, en fin de journée.

Il était au courant depuis environ deux heures.

«C’est dur, a-t-il réagi. Au mois de mars, au moins, on avait eu l’occasion de se rendre jusqu’au championnat canadien. On avait l’impression d’avoir fait une bonne partie du travail. Là, aujourd’hui, c’est une saison au grand complet qu’on vient d’annuler...»

L’entraîneur a été mis au courant quelques minutes avant l’annonce officielle d’U Sports.


« [...] Aujourd’hui, c’est une saison au grand complet qu’on vient d’annuler. »
Patrick Grandmaître

Il s’est empressé de réunir ses joueurs pour les informer à leur tour. Il préférait leur dire. Il ne voulait pas qu’ils apprennent cette importante nouvelle en surfant dans les réseaux sociaux.

«Ça m’amène à te parler d’un autre mauvais côté de la pandémie. Je ne peux pas réunir tous mes gars dans une même pièce, en ce moment. J’ai été obligé de faire ça sur Zoom! Je ne voyais pas le visage de personne. C’est particulier, ça, aussi.»

Grandmaître ne sait donc pas trop comment ses joueurs ont réagi.

Il a organisé une série de rencontres individuelles avec ses athlètes, pour le reste de la semaine. Il s’attend à être bombardé de questions.

Il n’aura pas toutes les réponses.

«Il reste beaucoup de choses à clarifier.»

Il ne sait lui-même pas trop à quoi ressembleront les prochains mois.

Les Gee Gees ont tenu leur dernier entraînement le 8 octobre dernier. Quand la capitale a officiellement basculé en zone rouge, durant la fin de semaine, le service des sports de l’Université a décidé d’annuler tous les événements sportifs qui étaient à l’horaire, sur le campus.

«On va éventuellement reprendre l’entraînement. On aura 10 mois pour se préparer en prévision de la prochaine saison. En ce moment, il faut prendre le temps de se consulter pour établir notre nouveau plan de match. J’ai été franc avec mes joueurs. Un entraîneur se prépare tout le temps en fonction de la prochaine compétition. J’étais donc prêt à faire face à différents scénarios. Mais je n’étais pas préparé pour ça.»

«Ce qui nous arrive est décevant sur toute la ligne, mais que veux-tu qu’on fasse? On va se retrousser les manches. On va se mettre à la recherche du meilleur scénario pour notre entraînement. On va diviser ça en plusieurs phases. On va mettre nos cerveaux ensemble.»