Isaac Farion (à gauche) a été nommé au sein de l’équipe nationale de hockey sur gazon qui participera aux JO de la jeunesse à Buenos Aires.

Un attaquant de Chelsea foulera le gazon olympique

Il y a deux ans, Isaac Farion ignorait l’existence des Jeux olympiques de la jeunesse.

Dans une dizaine de jours, l’athlète de Chelsea participera à la troisième édition estivale qui aura lieu du 6 au 18 octobre à Buenos Aires, en Argentine. Sa présence au sein de l’équipe nationale de hockey sur gazon a été confirmée, mardi matin, par le Comité olympique canadien (COC).

« C’est immense », a soutenu Farion au sujet de la compétition internationale qui l’attend.

Ce dernier avait aidé le Canada à se qualifier en vue des Jeux en mars dernier. Ses coéquipiers et lui avaient terminé quatrièmes.

L’attaquant âgé de 17 ans se trouve depuis un mois en Allemagne. Il s’entraîne chez le Der Club An Der Alster en compagnie de quelques joueurs de l’équipe du Québec.

« Les autres joueurs de l’équipe canadienne sont basés à Vancouver. Nous n’avons pas de terrain pour le hockey sur gazon à la maison. Le plus près de chez moi se trouve au Vermont. En étant ici, je peux m’entraîner plus souvent et développer mes habiletés. »

Farion, dont le retour en Outaouais est prévu plus tard cette semaine, fait partie du club Chelsea Phoenix dont les entraînements se déroulent sur les surfaces synthétiques Mont-Bleu et de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Des terrains surtout adaptés pour le soccer et le football.

« Ce n’est pas la même chose pour le hockey sur gazon. Ce n’est pas aussi rapide pour nous. Et ça bondit pas mal. »

C’est pourquoi le Phoenix planche sur un projet communautaire de doter Chelsea d’une surface dédiée au hockey sur gazon. Ses artisans espèrent que le tout deviendra réalité dès 2019.

« Ça rendrait les choses plus faciles pour nous », avoue Isaac Farion, qui a été initié à ce sport il y a sept ans.

« Quand j’étais en sixième année. Le père d’une de mes collègues de classe était le coach de l’équipe de hockey sur gazon. Ils étaient seulement six joueurs à l’époque. J’ai décidé d’essayer ça avec des amis. »

Le coach en question, c’est Ian Bird.

Il a longtemps été membre de l’équipe canadienne en tant que joueur. Sa feuille de route comprend une participation aux Jeux olympiques en 1988 et 2000.

Aujourd’hui, le club qu’il a fondé est connu à travers le pays, comptant 120 des 200 joueurs recensés au Québec. À preuve, le Phœnix a meublé une grande partie de l’alignement des équipes provinciales masculines qui ont gagné l’or chez les moins de 15 ans de même que les moins de 18 ans.

Deux titres obtenus devant les puissances que sont la Colombie-Britannique et l’Ontario.

Tôt ou tard, d’autres joueurs de Chelsea risquent d’imiter Farion et se retrouver au sein de l’équipe canadienne de développement.

Le principal intéressé, lui, prendra part à une tournée en Europe en mars prochain avec la formation nationale. Ça lui permettra en même temps de prendre des notes.

Isaac Farion songe déjà à son avenir. Il aimerait étudier et jouer au hockey gazon en même temps.

Mais il n’y a que deux véritables équipes universitaires canadiennes et elles se trouvent en Colombie-Britannique. « J’examine la possibilité d’aller outre-mer », confie l’athlète de l’Outaouais.

Au total, ce sont 71 athlètes et 28 entraîneurs qui représenteront le Canada aux Jeux olympiques de la jeunesse. Le quadruple Olympien Bruny Surin agira à titre de chef de mission.