Gabriela Dabrowksi dispute aussi le tournoi en double féminin avec sa partenaire chinoise Yifan Xu. Elles sont classées sixièmes favorites.

Troisième finale de suite pour Dabrowski?

Son premier match en double féminin se déroulait dans moins de trois heures, mercredi matin, à Wimbledon. Gabriela Dabrowski était tout sauf nerveuse.

À preuve ? La joueuse de tennis d’Ottawa a accordé une entrevue au Droit.

La première question ne l’a pas surprise. Il était question de l’exploit à sa portée. Dabrowski tentera d’accéder à une troisième finale de suite à un tournoi du Grand Chelem.

Il y a eu cette victoire aux Internationaux d’Australie en janvier aux côtés du Croate Mate Pavic en double mixte. Cinq mois et demi plus tard, le duo s’est incliné en finale à Roland Garros.

« Une autre finale s’avère encore très loin. Je ne peux pas y penser. Je dois me concentrer à ce qui m’attend sur une base quotidienne ici », a souligné la droitière âgée de 26 ans, qui a amassé plus de 398 000 $ US jusqu’ici en 2018.

C’est que Dabrowksi dispute aussi le tournoi en double féminin avec sa partenaire chinoise Yifan Xu. Elles sont classées sixièmes favorites.

Mercredi, elles affrontaient en lever de rideau l’Américaine Alison Riske et l’Ukrainienne Olga Savchuk.

Un duel qui a été interrompu au troisième set en raison de la pluie. Dabrowski et Xu tiraient de l’arrière 2-3.

La paire se pointe à Wimbledon en grande forme. Quatrièmes têtes de série, les deux amies ont mis la main sur le titre au tournoi de Eastbourne, samedi dernier. La finale n’a duré que 80 minutes, les nouvelles championnes brisant le service adverse à cinq reprises.

Dabrowski et Xu avaient déjà gagné ensemble à deux reprises l’an dernier. Elles sont toutefois à la recherche d’une première conquête à une épreuve du Grand Chelem en double féminin.

« Encore une fois, une victoire du Grand Chelem s’avère loin dans mes pensées. Nous cherchons avant tout à soutirer le maximum d’une elle et l’autre. Oui, nous aimerions bien gagner. Mais nous allons commencer par gagner un premier match. »

Ce que Xu et elle ont tenté de faire mercredi.

Dabrowski a déjà gagné sur des surfaces dures et en terre battue. Mais jamais sur le gazon.

« Honnêtement, le gazon à Wimbledon n’est plus ce qu’il était, il y a 20 ans, lorsque les joueurs au style très agressif étaient favorisés. Ça ressemble maintenant plus à une surface dure. La seule différence, c’est que la balle va bondir juste un petit moins. Mon style de jeu changera peu, sauf peut-être que je me pointerai un peu plus souvent au filet. »

Gabriela Dabrowski dit avoir appris de sa saison de rêve en 2017 lorsqu’elle a gagné le double mixte à Roland Garros en compagnie de l’Indien Rohan Bopanna. Elle s’était tapé plusieurs tournois en deuxième moitié de saison.

« J’ai poussé la machine un peu trop l’an dernier avec tous ces voyages. J’ai été victime d’épuisement. Je porte beaucoup plus d’attention à mon corps et ma tête cette saison, a-t-elle dit.

«En ce moment, je me sens très bien», a assuré Dabrowski.