Ryan Dzingel (à droite) marque dans le filet des Bruins à la troisième période.

Traversée du désert terminée pour les Sénateurs

BOSTON — Les Sénateurs d’Ottawa ont éprouvé des problèmes en deuxième période pendant la majorité d’une saison difficile.

À leur dernier match de la campagne, il n’était que logique qu’une poussée de trois buts des Bruins de Boston au cours de cette fatidique période médiane fasse la différence dans un revers de 5-2 devant 17 565 amateurs au TD Garden.

Éliminés en six matches en première ronde des séries du printemps l’an dernier, les Bostonnais savouraient ainsi leur revanche en 2017-2018 alors qu’ils ont balayé les quatre matches entre les deux clubs cette saison.

La troupe de Guy Boucher, qui était déjà assurée de finir au 30e et avant-dernier rang au classement général de la LNH, termine donc la saison avec un dossier de 28-43-11 (12-24-5 à l’étranger) pour 67 points, le quatrième plus bas total de son histoire pour une campagne qui n’a pas été écourtée par un lock-out. C’est une diminution de 31 points par rapport à l’an dernier, quand ils avaient pris le deuxième rang de la division Atlantique. Leur différentiel de moins-40 en période médiane (71 buts comptés contre 111 alloués) n’explique qu’en partie cette dégringolade.

«Une saison où tu rates les séries est un échec, mais tu veux faillir en allant quand même vers l’avant et je pense que c’est ce qu’on a fait dans les dernières semaines de la saison. On a intégré des jeunes joueurs pour ajouter de la rapidité et c’est ce qu’il faudra continuer à faire l’an prochain», a commenté l’entraîneur-chef Guy Boucher après le match.

Lancé dans la mêlée pour ce dernier match, le gardien des mineures Danny Taylor, qui enfilait le chandail d’une 19e équipe professionnelle dans six ligues différentes, a résisté pendant les 20 premières minutes, alors que Ryan Dzingel a lancé les siens en avant.

Les locaux ont cependant explosé après le premier entracte alors que David Pastrnak, en avantage numérique, Tommy Wingels et Danton Heinen l’ont déjoué coup sur coup, les deux premiers à 51 secondes d’intervalle.

«Ils ont eu une bonne poussée en deuxième période, ça paraissait qu’ils avaient besoin des points. J’ai trouvé qu’après ces arrêts que je n’ai pas réalisés, on a bien tenu le coup et on a tenté de revenir», a dit Taylor, dont c’était le premier départ depuis avril 2013 avec les Flames de Calgary.

Le cerbère qui a grandi à Orléans a fait face à 35 tirs en tout, alors que son vis-à-vis Anton Khudobin en a repoussé 26.

Dzingel a complété son doublé en troisième période pour réduire l’écart à un but, mais les Bruins ont répliqué par l’entremise de Noel Acciari en échappée avec moins de deux minutes à jouer et David Backes a ensuite compté dans un filet désert.

«La saison a été longue, c’est difficile de trouver les mots pour parler de tout ce qui s’est passé. On doit quand même être fiers des gars qui sont ici, ils ont donné tout ce qu’ils avaient chaque jour, ce qui est difficile à faire quand tu sais que tu ne seras pas des séries», a-t-il souligné.

Le gain des Bruins, combiné à la défaite de 3-2 en prolongation du Lightning de Tampa Bay contre la Caroline, fait que les Bruins pourraient s’assurer du premier rang dans la division Atlantique dimanche avec une victoire contre les Panthers de la Floride.

Le défenseur Andreas Englund avait été rappelé de Belleville plus tôt dans la journée pour remplacer Ben Harpur, blessé à une épaule vendredi dans le revers de 4-0 à Pittsburgh.

Les Sénateurs sont rentrés dans la capitale après le match et les joueurs viendront récupérer leurs effets personnels au Centre Canadian Tire lundi avant de commencer une saison morte qui s’annonce mouvementée, avec toutes les tractations qui vont entourer l’avenir à Ottawa du capitaine Erik Karlsson.

Le directeur général Pierre Dorion et l’entraîneur-chef Guy Boucher devraient ensuite dresser leurs bilans mardi, jour où le propriétaire Eugene Melnyk doit égaler rencontrer des détenteurs d’abonnements saisonniers, première de trois séances du genre.