Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maxim Tissot est prêt à rejoindre le Forge FC de Hamilton.
Maxim Tissot est prêt à rejoindre le Forge FC de Hamilton.

Tissot prêt pour son retour à Hamilton

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Article réservé aux abonnés
«C’est évident que c’est pas mal mieux que l’an dernier.»

À l’hiver 2020, Maxim Tissot se posait d’importantes questions, à propos de son avenir. La saison de soccer en Amérique du nord approchait à grands pas et il ne savait pas du tout s’il pourrait y participer.

Cette année, c’est mieux.

Le Forge FC de Hamilton a confirmé, vers la fin de la semaine dernière, qu’elle retenait les services du Gatinois en prévision de la saison 2021.

«Il y a encore des incertitudes», souligne Tissot, au téléphone.

Mais bon. Ce sont les mêmes incertitudes que partagent à peu près tous les sportifs de haut niveau de la planète.

À quoi ressemblera le déconfinement du printemps 2021? La tendance à la baisse qu’on observe se prolongera-t-elle? La santé publique permettra-t-elle, éventuellement, le retour des spectateurs dans les stades?

Sans les revenus de la billetterie, les clubs de la Première ligue canadienne (PLC) ne pourront pas tenir le coup éternellement...

«Il va y avoir une saison», se répète l’athlète de 28 ans.

«L’an dernier, il y avait encore plus d’incertitude, et la PLC a quand même trouvé le moyen d’organiser quelque chose.»

Le temps nous dira à quoi cette saison ressemblera.

Pour l’instant, Tissot s’inquiète un peu pour la finale du Championnat canadien.

Le FC Forge est le meilleur club du nouveau circuit d’élite national. Il a mérité le droit d’affronter un club de la MLS, le Toronto FC, dans un match gala. Le gagnant aura, comme d’habitude, accès à la Ligue des champions de la CONCACAF.

Sur le site de Canada Soccer, il est toujours écrit que ce match devait être disputé à la mi-octobre. «Nous n’avons pas encore de date, pour ça. J’imagine que ça pourrait avoir lieu vers la fin du mois de mars. On devrait être convoqués assez rapidement, à Hamilton, pour commencer à nous entraîner en prévision de ce match-là.»

Pour l’instant, Tissot fait du mieux qu’il peut pour garder la forme, chez lui, en Outaouais. Comme tous les athlètes du dimanche, il n’a pas des tas d’options. Il fait beaucoup de course à pied dans les rues de son quartier.

Il a de grandes ambitions pour la saison qui s’amorce.


« L’an dernier, il y avait encore plus d’incertitude, et la PLC a quand même trouvé le moyen d’organiser quelque chose. »
Maxim Tissot

Ambitions personnelles

L’été dernier, Tissot n’a pas passé autant de temps qu’il aurait souhaité, sur le terrain.

Il devait se familiariser avec une nouvelle position. «Je suis devenu milieu défensif. J’ai été formé comme joueur de couloir,du côté gauche. Dans ma nouvelle position, j’avais plus de choses à regarder. Dans le couloir gauche, il y a toujours la ligne qui te protège. Au milieu, tu dois regarder partout.»

Le contexte unique de la saison 2020 ne l’a peut-être pas aidé. Les formations de la PLC ont essentiellement disputé un tournoi dans un environnement protégé, sur l’Île-du-Prince-Édouard. Personne n’a eu la chance de prendre part à des matches préparatoires, au préalable. 

Tissot, un ancien de l’Impact de Montréal et du Fury d’Ottawa, estime qu’il sera mieux préparé à faire face à ce défi en 2021.

«Je le mentionne assez souvent. Il n’y a pas beaucoup de joueurs d’expérience dans la PLC. Cette ligue est très jeunes. Les joueurs sont souvent des universitaires. Ce sont des produits locaux. À Hamilton, nous avons beaucoup de joueurs qui sont originaires de la région métropolitaine de Toronto. Les gars qui possèdent l’expérience de la MLS et qui ont déjà évolué au sein du programme de l’équipe nationale peuvent pousser ces jeunes-là.»