Le directeur général et entraîneur-chef chez Tennis Performance Outaouais, Mathieu Toupin.

Tennis performance Outaouais en plein essor

L’ascension vertigineuse de jeunes raquettes canadiennes sur la scène internationale a ses effets jusqu’à Gatineau.

Tennis Performance Outaouais (TOP) était déjà sur la bonne voie dans son plan de croissance, mais l’émergence de Denis Shapovalov et de Félix Auger-Aliassime ne pouvait pas survenir à un meilleur moment. À l’occasion de son 10e anniversaire de création, TOP n’a jamais eu autant de projets.

Dans une conférence de presse où ils avaient du mal à contenir leur enthousiasme à la Sporthèque mardi, les dirigeants de TOP et des Internationaux de tennis de Gatineau étaient fiers d’annoncer pas moins de « 10 bonnes nouvelles ».

Création de postes permanents pour un entraîneur renommé et une directrice générale expérimentée, nouveaux partenaires, nouveau mandat, nouveau logo, nouveau projet et prolongation de contrat avec Tennis Canada pour la présentation des championnats canadiens des moins de 16 ans.

Assurément, l’appel à l’aide lancé il y a un an pour qu’on lui permette d’avoir les moyens de ses ambitions a été entendu. TOP est en plein essor.

« Le tennis est en feu à Gatineau, a lancé Mathieu Toupin, directeur général et entraîneur-chef chez TOP. Nous avons parcouru beaucoup de chemin en 10 ans. Nous célébrons aussi le cinquième anniversaire des Internationaux de Gatineau. Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli, mais l’avenir n’a jamais été aussi prometteur. »

La Ville de Gatineau, le gouvernement du Québec et l’arrivée d’un nouveau partenaire local comme ISet vont non seulement aider l’organisation à prolonger son association avec Tennis Canada pour présenter d’autres tournois des séries Futures et Challenger, mais les fonds aideront les athlètes locaux à poursuivre leur domination sur la scène provinciale et même nationale.

Récemment, Sébastien Collard, 16 ans, a gagné son premier titre ITF junior à Vancouver et sa soeur, Mélodie, 14 ans, a gagné un championnat mondial junior en Allemagne en plus d’avoir été sacrée championne canadienne en simple et en double cette année. L’investissement majeur d’ISet lui permettra notamment d’être accompagnée à l’Orange Bowl en Floride la semaine prochaine. Florence Breton sera également de la partie.

De jeunes joueurs de 7 à 12 ans auront aussi droit aux bourses afin d’assurer la relève tennistique en Outaouais.

En 2017, TOP a pu se permettre d’embaucher l’entraîneur Pierre-Luc Tessier à temps plein. Celui-ci a notamment travaillé avec Aleksandra Wozniak et Stéphanie Dubois sur le circuit de la WTA. Finalement, la maman des Collard, Johanne Demers a été promue dans un poste de directrice générale depuis le mois de novembre.

Ne comptant plus ses heures, elle a été une bénévole assidue depuis plusieurs années, mais il était devenu difficile de partager son temps entre TOP et son emploi de consultante au gouvernement fédéral.

« Ça faisait deux ans que j’y pensais. Ça n’avait plus de sens de cumuler les deux postes ! Je devais trancher et j’ai choisi de suivre ma passion. »

 À titre de codirectrice des Internationaux de Gatineau, elle s’est donné comme mandat d’aller chercher des bourses plus importantes, particulièrement pour les dames au Challenger de Gatineau. Celles-ci touchent une bourse globale de 25 000 $, mais les hommes ont droit à 75 000 $.

TOP compte aussi profiter du financement accru pour acheter un système d’éclairage plus puissant qui lui permettraient de présenter des matches en soirée au parc de l’Île en plus de reluquer le terrain de l’aréna Sabourin afin de prendre de l’expansion.