Surprise et déception à la Coupe Canada

Un gros nom sera absent d'une finale à la Coupe Canada.
La médaillée olympique Jennifer Abel devra se contenter d'un rôle de spectatrice à l'épreuve du tremplin de trois mètres, samedi, au centre sportif de Gatineau. Elle a été incapable de se qualifier pour le rendez-vous, terminant cinquième de sa vague jeudi en demi-finale.
Seulement les trois meilleures plongeuses de chaque groupe accédaient à la finale.
« C'est la première fois que ça m'arrive à la Coupe Canada», a avoué Abel, habituellement fiable comme une horloge grand-père depuis une décennie.
«Ça arrive à tout le monde. Tu ne peux pas toujours être une des meilleures.»
Puis elle a répondu à la question qui chicotait un peu tout le monde sur place. Que s'est-il passé au juste ?
«Je ne peux pas te le dire... J'ai essayé tellement de travailler sur différentes choses. Quand j'essayais une affaire, l'autre point technique n'était pas là pour moi.»
Abel, qui était en Russie la semaine dernière, a reconnu être épuisée. «Mais ce n'est pas une excuse... J'ai déjà été plus fatiguée que ça par le passé», a-t-elle précisé.
Non loin d'elle, on retrouvait une coéquipière qui avait connu une journée nettement plus joyeuse.
Pamela Ware souriait sans arrêt. Elle venait de réussir son retour à la compétition, terminant première de sa vague pour se qualifier en finale au 3 m.
«Ça faisait presque huit mois», a souligné l'athlète de Montréal, dont la dernière sortie remontait aux Jeux olympiques à Rio. Là-bas, elle avait terminé au pied du podium à l'épreuve synchro aux côtés d'Abel.
Puis en octobre, une vieille blessure est venue la hanter. Ce qui l'a forcée à subir une opération le 23 décembre.
«J'étais vraiment agréable le jour de Noël», a lancé Ware, sourire en coin.
Cette dernière avait réussi à plonger pendant trois ans malgré une fracture de stress au pied gauche qui n'avait toutefois jamais complètement guéri. Des tests passés à l'automne ont démontré que le tout s'était transformé en une triple fracture.
«Ça ne fait que trois mois et deux semaines depuis mon opération. Le médecin m'avait dit que je devrais probablement attendre trois ou quatre mois avant de plonger... Mon retour s'est déroulé plus vite que prévu», a avoué Ware, qui a recommencé l'entraînement intensif il y a seulement trois semaines.
«Je suis vraiment heureuse de cette première compétition. Ça devait être juste un test pour voir comment j'allais réagir. Je me sentais super bien sur le tremplin. Je n'avais pas mal au pied. J'ai eu beaucoup de plaisir.»
Une des premières choses qu'elle a faites en sortant de la piscine ? Envoyer un texto à sa maman.
«Je lui ai dit qu'elle pourra me voir samedi ! Je suis full excitée. Il y a 13 personnes (de son patelin) qui vont venir me voir.»
Chez les hommes
Chez les hommes, c'était place au 10 m. 
Le champion en titre, Vincent Riendeau, s'est qualifié en vue de la finale, terminant troisième de sa vague en demi-finale. Sans surprise, le Chinois Jian Yang a dominé la journée.
Celui que l'on surnomme le 'Roi de la difficulté' sur le circuit Grand Prix a notamment récolté 507 points lors des préliminaires. C'était 68 points de plus que son plus proche poursuivant. Un écart qui s'avère énorme.
L'autre personne qui s'est distinguée en cette première journée de compétition à la Coupe Canada ? L'animateur, qui a pigé souvent dans les succès des années 1980.
À un certain moment, les spectateurs ont même eu droit à une chanson du groupe New Kids On The Block. Dire que les plongeurs en action n'étaient pas encore nés quand The Righ Stuff a monopolisé les ondes en 1988.
Le DJ et les plongeurs seront de retour vendredi au centre sportif de Gatineau. Les hommes se taperont l'épreuve du 3 m tandis que les femmes défileront au 10 m.
L'événement se déroule jusqu'à dimanche