Katherine Stewart-Jones reconnaît que sa dernière course a été difficile.

Stewart-Jones retrouve la santé à temps

Seulement cinq des 84 skieuses de fond à prendre le départ ont terminé derrière elle. Katherine Stewart-Jones reconnaît que sa dernière course a été difficile.

L’athlète de Chelsea et espoir olympique a pris le 79e rang de l’épreuve de 10 km de style libre, dimanche, à Davos, en Suisse. Mais elle possède une bonne excuse.

Stewart-Jones s’est retrouvée au repos forcé pendant six semaines durant l’automne après avoir chuté en vélo. Elle a subi une commotion cérébrale.

« Je roulais vers le gym et j’ai frappé une bosse... C’est arrivé si site. Je suis tombée face première », a relaté la femme âgée de 22 ans au bout du fil.

« Au lieu de passer tout ce temps à me préparer en vue du début de la saison, j’ai dû me concentrer sur ma récupération. J’ai manqué notamment un camp d’entraînement en altitude avec l’équipe canadienne. »

Mais Stewart-Jones se console. « Je n’ai manqué qu’un mois et demi. Ce n’est pas si pire quand tu y penses pour une commotion », a-t-elle rappelé.

« Des fois, ça te prend une semaine ou deux et tu es correcte. D’autres fois, ça peut aller jusqu’à six mois. »

Une absence de plusieurs mois lui faisait peur.

« Cela aurait été la fin du rêve olympique », a-t-elle souligné.

Stewart-Jones compte quatre courses à sa fiche en ce début de saison. Elle a pris le 55e rang lors des sprints à Davos.

Le week-end précédent à Lillehammer, le produit du club Nakkertok n’a pas complété le skiathlon en plus de terminer 65 aux sprints.

« Quand tu commences en Norvège contre les plus fortes au monde, c’est assez brutal comme début », a commencé par avouer Katherine Stewart-Jones en riant.

« En ce moment, j’essaie de ne pas trop regarder les résultats. Je préfère plutôt penser à long terme et d’améliorer ma forme physique. C’est déjà mieux. »

Son but ? Être prête en vue des essais olympiques lors de la première semaine de janvier à Mont Sainte-Anne.

« Je suis assez optimiste. Ma tête va bien. Je n’ai plus de problème de santé. »

Un dernier test l’attend avant justement ces essais.

Ses coéquipières de la formation canadienne et elle prendront la direction de l’Italie dans les prochaines heures. Deux courses les attendent à Toblach, dont la poursuite féminine prévue dimanche.

À son retour au pays, Stewart-Jones aura rendez-vous chez le dentiste. Lors de sa chute en vélo, elle a endommagé une de ses dents. Un traitement de canal a été nécessaire.

« J’ai une dent qui est rendue mauve. C’est assez beau à voir », a confié en riant la skieuse.

« Je n’ai pas eu le temps encore de faire recouvrir ça. Je vais essayer de faire arranger ça au début de la nouvelle année. »