Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Alexis Lafrenière
Alexis Lafrenière

Loterie de la LNH: le gros lot pour Caroline

CHRONIQUE / Mon amie Caroline a frappé le gros lot hier. La Shawiniganaise la plus connue sur Twitter – sous le nom de Vanille Exquise – est une fan finie des Rangers. Elle se cherche d’ailleurs depuis quelques mois un remplaçant pour son beau Henrik Lundqvist, qu’elle devine mortel.

Elle n’a plus à magasiner, Monsieur Alexis Lafrenière va débarquer dans la Grosse Pomme la saison prochaine!

Ainsi en a décidé la loterie spéciale confectionnée pour la COVID-19. Aucune idée comment Gary Bettman et ses lieutenants ont pu arriver avec une formule aussi complexe pour déterminer l’ordre du prochain repêchage mais le résultat, c’est que l’une des équipes les plus riches de la ligue se retrouve comme par magie avec un autre joyau entre ses mains.

Le résultat de la loterie doit faire rager les équipes qui en arrachent comme les Red Wings ou les Sénateurs. Mais pour Bettman, ce scénario est parfait. Quoi de mieux que la plus grande scène du hockey pour accueillir celui qui doit devenir la prochaine vedette de la ligue?

Non, Lafrenière n’est pas un McDavid. Ni un Mackinnon. Mais ça reste un surdoué, un gars qui peut avoir un impact à la Jonathan Huberdeau. Comptez sur les génies marketing de la LNH pour s’en servir abondamment ces prochaines années.

Pour Lafrenière aussi, ce nouveau port d’attache est parfait. Voilà une jeune équipe en ascension, qui compte déjà sur quelques joueurs vedettes. Un environnement parfait pour s’épanouir, sans avoir à supporter toute la pression. Non, les Rangers n’ont pas besoin d’être sauvés par le Québécois. Il ne devient pas automatiquement non plus le meilleur joueur de l’équipe. Il aura le temps nécessaire pour continuer son développement…

Personnellement, j’aurais préféré le voir aboutir à Winnipeg, une bonne équipe bien gérée qui a du mal à convaincre les joueurs autonomes d’y poursuivre leur carrière. Ça doit être mon côté romantique qui explique ce faible pour les Jets! Mais au moins, il ne se retrouve pas à Edmonton ou Toronto, deux équipes bourrées de talent qui n’arrivent pas à répondre aux attentes. Il y a une limite à récompenser la médiocrité!

En terminant, il paraît que le dg des Rangers, Jeff Gorton, n’a pas voulu cimenter le choix de Lafrenière après le tirage au sort. J’espère pour mon amie Caroline que c’est juste pour le show, que Gorton sait très bien que Lafrenière est le premier de classe de sa cuvée. Mais si j’étais le patron hockey des Sénateurs, je profiterais de l’occasion pour m’en assurer. Après tout, Pierre Dorion a bien des cartes dans son jeu si jamais Gorton n’est pas en amour avec Lafrenière. Et à Ottawa, on aurait bien besoin d’un gars comme lui pour incarner l’espoir…