Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Stephen Strasburg a souffert d’engourdissements dans toute sa main droite en 2020.
Stephen Strasburg a souffert d’engourdissements dans toute sa main droite en 2020.

Stephen Strasburg a souffert d’engourdissements dans toute sa main droite en 2020

Howard Fendrich
Associated Press
Article réservé aux abonnés
Les problèmes aux nerfs d’un poignet qui ont contraint le lanceur Stephen Strasburg à mettre un terme à sa saison après seulement cinq manches, l’an dernier, s’aggravaient chaque fois qu’il lançait une balle.

C’est ce qu’a raconté l’as droitier des Nationals de Washington, dimanche, lors de sa première rencontre avec les journalistes depuis les jours qui ont précédé la décision de mettre fin à sa campagne, en août dernier.

Strasburg a notamment expliqué que l’engourdissement qu’il ressentait dans le pouce droit finissait par se répandre dans toute sa main.

Le problème a disparu immédiatement après qu’il eut subi une chirurgie du canal carpien, une procédure médicale longue d’une quinzaine de minutes, a-t-il fait remarquer.

Strasburg, élu joueur le plus utile à son équipe lors de la Série mondiale de 2019, a entamé sa préparation en vue de la prochaine saison beaucoup plus tôt que d’habitude.

Il a commencé en douceur le 1er novembre au lieu de la mi-décembre et a participé à ses premières séances d’entraînement dans l’enclos des releveurs tôt en janvier plutôt que tard durant le mois.

«Sur le plan de l’endurance, de la condition physique, j’ai l’impression d’être beaucoup plus avancé que par le passé», a constaté Strasburg.


« Je voulais me donner du temps additionnel pour travailler sur certains aspects mécaniques et être prêt à recommencer dès le Jour 1. »
Stephen Strasburg


Strasburg a atteint son objectif : l’artilleur de 32 ans a lancé du monticule, en même temps que ses coéquipiers, lors de l’entraînement tenu vendredi.

«Il est l’un de nos grands travailleurs. Et de ne pas voir sur le terrain a été difficile. Mais en ce qui me concerne, s’il devait se blesser et devoir régler un problème, l’an dernier était le bon moment», a fait remarquer le gérant Dave Martinez.

«Je suis heureux qu’il ait réglé ce problème et je suis heureux qu’il se sente en excellente forme.»

Selon Strasburg, les interruptions causées par la pandémie - le camp d’entraînement s’est arrêté en mars et les clubs ont recommencé la préparation en juillet - ont fait du tort à son bras droit.

Il y a eu une période d’incertitude quant à la date du début du «camp estival» et pour cette raison, Strasburg lançait la balle dans un filet dans le but de rester prêt.

C’est quand les activités ont repris que les engourdissements se sont manifestés pour la première fois.

«Si j’avais su que la saison allait commencer au moment où elle s’est amorcée, je n’aurais pas touché à une balle pendant un bon bout de temps. Finalement, ça m’a nui plus que ça m’a aidé.»