Samuel Zakutney fait partie des favoris en vue des épreuves seniors chez les hommes qui auront lieu en fin de semaine.

Zakutney veut briller devant les siens aux championnats canadiens de gymnastique artistique

Son retour à la maison s’avère fort attendu. Son visage se retrouve notamment sur les affiches promotionnelles des championnats canadiens de gymnastique artistique qui se déroulent depuis jeudi à l’université Carleton.

Samuel Zakutney fait partie des favoris en vue des épreuves seniors chez les hommes qui auront lieu samedi et dimanche. « Je pense avoir de bonnes chances de remporter quelques médailles au concours par appareil, notamment aux barres parallèles et à la barre fixe », affirme le Franco-Ontarien d’Ottawa, qui étudie depuis trois ans en génie biomédical et en génie mécanique aux États-Unis.

Plus précisément à Penn State où il s’aligne au sein de l’équipe de gymnastique.

« Nous avons été couronnés champions de la conférence Big Ten dernièrement pour la première fois depuis quatre ans. Je suis pas mal fier de tout le monde. »

De son propre aveu, la dernière année a été « pas mal longue ».

Car en plus de concourir dans la NCAA, le jeune homme de 20 ans a représenté le Canada à trois compétitions internationales. Il a gagné l’argent à la barre fixe à la Coupe du monde de Mersin, en Turquie. À cela se sont ajoutées des participations aux championnats panaméricains au Pérou, puis aux championnats du monde à Doha, au Qatar.

« La santé va bien. Je ne suis pas trop épuisé », assure-t-il.

Zakutney doit toutefois effectuer du rattrapage sur les bancs d’école ces temps-ci. « Je suis inscrit à des cours d’été », note-t-il.

C’est pourquoi il ne s’est présenté que jeudi dans son patelin. Il est parti de la Pennsylvanie à 6 h. Puis à 15 h, on le retrouvait à la palestre temporaire aménagée à l’université Carleton.

L’espoir olympique participait à un entraînement.

Ces championnats canadiens servent de qualification en vue des Jeux panaméricains qui auront lieu à Lima, en juillet.

Zakutney veut assurer sa place. Il tient aussi à concourir plus tard cette année aux Mondiaux prévus à Stuttgart.

Tout ça afin de mettre la table à ce qu’il espère sera une première participation aux Jeux olympiques en 2020, à Tokyo.

« C’est définitivement mon but. Je vais toutefois devoir ajouter quelques éléments plus difficiles à mes routines pour améliorer mes chances. »

Mais dans les prochains jours, toute sa concentration sera dirigée vers ces championnats nationaux qui se déroulent devant parents et amis.

« Je pense que tous ces encouragements seront un avantage pour moi. »

Les championnats canadiens auront lieu à nouveau dans la région de la capitale nationale en 2020, mais de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Le club Unigym a obtenu la présentation de la prochaine édition qui agira aussi en tant que qualification olympique.