Gatineau a accueilli durant le week-end les championnats québécois de gymnastique. Plus de 900 athlètes ont concouru à la palestre temporaire aménagée au complexe Branchaud-Brière.

Unigym brille à la maison

Une dizaine de champions provinciaux. C’est sans compter une vingtaine d’athlètes gatinois qui se sont qualifiés en vue des championnats canadiens.

Unigym dresse un bilan positif de la performance de ses gymnastes aux championnats québécois qui se sont conclus dimanche au complexe Branchaud-Brière. Les deux surfaces synthétiques avaient été transformées en immense palestre temporaire afin de recevoir plus de 900 participants.

On y retrouvait 16 plateaux de compétitions pour la gymnastique artistique féminine, la gymnastique artistique masculine et le trampoline. Il y avait notamment deux poutres par là, des anneaux par ici et un cheval-sautoir plus loin. C’est sans compter les nombreux bénévoles qui guidaient entraîneurs et athlètes.

« Ça bouge tout le temps », avoue le directeur général d’Unigym, Jean-Paul Caron.

Lors du passage du Droit lors de la troisième et dernière journée de compétitions, les gradins étaient bondés. Autant ceux du second étage que du niveau principal.

« C’était plein les trois jours », confirme Caron.

Ce dernier se réjouissait surtout du rendement des enfants et ados du club. Même chose pour la directrice technique Jacynthe Harper.

L’ancienne gymnaste devenue entraîneuse a souligné qu’une vingtaine d’autres athlètes avait aussi obtenu via ses résultats un laissez-passer en vue des championnats de l’Est du Canada, qui auront lieu du 11 au 13 mai à Oshawa. Deux semaines plus tard, ce sera place aux championnats canadiens à Waterloo, en Ontario.

Unigym espère voir certains de ses gymnastes effectuer le saut sur la scène internationale. « D’ici quatre à cinq ans », a soutenu Harper.

Ça fait presque une décennie qu’une gymnaste de l’Outaouais s’est retrouvée dans le giron de l’équipe canadienne. Catherine Dion avait gagné le bronze au concours par équipe des Jeux du Commonwealth en 2010.

« Ça ne se fait pas du jour au lendemain, a ajouté Caron. Ça prend du temps. Mais le talent est là. Le coaching aussi tout comme les infrastructures. »

À l’époque, Dion représentait les Gymélites. Gatineau misait alors sur quatre clubs sur son territoire.

Quatre clubs qui ont été forcés à s’unir, il y a sept ans, pour devenir Unigym. Avec plus de 6000 membres, il est devenu le plus gros club au Québec.

« Des bases solides ont été mises en place dans les dernières années, a rappelé Caron. Maintenant, nous sommes prêts à passer à la prochaine étape, de rayonner sur la scène internationale. »

Harper, elle, a rappelé qu’Unigym mise justement sur une carte intéressante pour effectuer le prochain pas de géant. « L’expérience de J-P va nous aider », a-t-elle fait valoir.

Caron s’est joint au club à l’automne dernier après plusieurs années passées à la tête de Gymnastique Canada de même que le comité organisateur des championnats du monde de 2017 à Montréal.