Anton Jacobs-Webb

Une photo qui a inspiré Jacobs-Webb

Il y a sept ans, Anton Jacobs-Webb s’est vu remettre un cadeau.

Plus précisément une photo de l’équipe canadienne de hockey luge qui avait participé aux Jeux paralympiques en 2010 à Vancouver. Elle était autographiée par les joueurs.

C’est un des membres de cette équipe, Hervé Lord, d’Ottawa, qui lui avait refilé le souvenir à l’époque.

« J’ai commencé à jouer au hockey luge en raison de ça », s’est rappelé l’attaquant gatinois.

Le sort fait en sorte que depuis trois jours, Jacobs-Webb est maintenant membre de l’équipe nationale à son tour. Ce sera maintenant lui qui sera sur la prochaine photo officielle prise par Hockey Canada.

Ce dernier a été retenu tout comme 17 autres joueurs par l’entraîneur-chef Ken Babey en vue de la prochaine saison qui commence en décembre lors d’un tournoi à London, en Ontario. Le groupe, qui était réuni la semaine dernière à Calgary, participera à plusieurs autres événements, dont les championnats du monde en avril à Ostrava, en République tchèque.

« J’ai hâte de jouer ma première partie internationale, de me retrouver parmi les meilleurs joueurs », a raconté l’étudiant en sciences de la nature au Cegep Heritage.

Jacobs-Webb, qui est né avec une jambe plus courte que l’autre, en était à sa deuxième tentative au camp de sélection de la formation canadienne. Il avait été libéré à pareille date l’an dernier.

« Je n’étais pas si déçu que ça. J’avais beaucoup appris. Je m’étais dit que je reviendrais l’année ensuite. »

Le départ de plusieurs vétérans qui ont gagné la médaille d’argent aux Jeux paralympiques à PyeongChang a ouvert la porte à plusieurs recrues.

« Nous sommes six nouveaux joueurs », a précisé le principal intéressé.

La nouvelle de sa sélection est tombée samedi. Le téléphone n’a pas tardé à sonner.

Un des premiers messages reçus provenait d’un autre ancien membre de l’équipe canadienne originaire de la région, Jean Labonté.

« Je l’avais rencontré à l’âge de 11 ans quand il avait visité notre école. Par la suite, j’ai travaillé beaucoup avec lui. Il était même devenu un de mes entraîneurs pendant un an au sein de l’équipe du Québec », a relaté Jacobs-Webb au sujet de l’ancien capitaine de la formation nationale.

Qui sait, peut-être qu’il pourra lui rendre honneur en portant le même numéro lors de la prochaine saison ?

Personne n’a enfilé l’an dernier le dossard 17 que Labonté a défendu pendant 15 saisons. « On va choisir notre numéro lors du prochain camp. Je vais voir ce qui est disponible. »