Laurence Méthot a remporté l’or aux barres dans sa catégorie grâce à une routine parfaite, le 27 avril, à Vaudreuil-Dorion.

Une gymnaste de Gatineau obtient une note parfaite

Ses entraîneurs au club Unygim la surnomme « Nadia » ces jours-ci. Plus précisément depuis que Laurence Méthot s’est vu octroyer une note parfaite de 10 aux championnats québécois.

La gymnaste gatinoise âgée de 15 ans a remporté l’or aux barres dans sa catégorie grâce à cette performance mémorable, le 27 avril, à Vaudreuil-Dorion. « Les parents pleuraient dans les estrades », a relaté la directrice technique du club, Jacynthe Harper.

Et la principale intéressée dans tout ça ?

« Je capotais, a avoué Méthot, lundi, avant son entraînement quotidien du programme sport-études de l’école secondaire Nicolas-Gatineau. J’ai pleuré. Je sautais aussi un peu partout. »

Ça se comprend. L’instant d’une routine, elle venait d’imiter Nadia Comaneci, qui avait reçu la première note parfaite de l’histoire aux Jeux olympiques en 1976, à Montréal.

« Il y en a de temps en temps encore, mais pas à toutes les compétitions », a pris le soin de souligner l’entraîneuse Émilie Moreau.

Méthot s’avère seulement la deuxième athlète du club Unigym, fondé en 2011, à se voir attribuer un « 10 ». On la dit une gymnaste « très réservée et tranquille ».

« On l’a surnommé Nadia, mais je ne suis pas sûr qu’elle aime ça », a avoué Harper en parlant de Méthot, qui concourt dans la catégorie JO 8 chez les 15 ans et plus.

Son coach a vanté sa persévérance. « Elle est aussi très très travaillante, a soutenu Moreau.

«Pendant que les autres vont parler, Laurence va juste prendre la barre libre et travailler. C’est la même chose sur les autres appareils. Elle mérite totalement cette note parfaite.»

Que l’étudiante-athlète de troisième secondaire obtienne l’or aux barres était la suite logique à une saison longue, mais fructueuse. «J’avais gagné pas mal toute l’année. C’était mon but de bien faire aux championnats québécois», a dit Méthot.

Cette dernière n’a pas été la seule représentante d’Unigym à retenir l’attention à cette compétition. Ils sont 30 gymnastes du club à être montés sur le podium.

Dans le lot, Taylor Bennett, Jade Robert, Valeska Léonard et Frédérique Sgarbossa ont tous remporté l’or chez les filles. Vuk Stojnic, Jake Roy, Tin Djukic, Liam Demers-Macdonald, Mathis Bélec et Elie Sirois en ont fait de même chez les garçons.

Pour sa part, Loïc Mercier a été couronné champion provincial en double mini trampoline.

Ça bougeait toujours lundi à la palestre du centre sportif de Gatineau. Si la saison de certains gymnastes a pris fin, d’autres se préparent en vue de deux compétitions importantes en mai, le mois le plus occupé de la saison dans ce sport.

«Nous avons une gang qui part mercredi vers l’Île-du-Prince-Édouard en vue des championnats de l’Est du Canada», a souligné Jacynthe Harper.

Cinq autres gymnastes, Elie Sirois, Tegan Shaver, Valeska Léonard, Cloé Martineau et Emmanuelle Lalonde, resteront à la maison, question de peaufiner leurs routines en vue des championnats canadiens. Un rendez-vous qui aura lieu de l’autre côté de la rivière des Outaouais, du 23 au 26 mai, à l’université Carleton.

+

GATINEAU ACCUEILLERA LES ESSAIS OLYMPIQUES EN 2020

La route vers les Jeux olympiques passera encore par Gatineau pour les gymnastes canadiens.

Le club Unigym a confirmé au Droit avoir obtenu la présentation des championnats nationaux en mai 2020. L’événement servira notamment de sélections en vue des JO de Tokyo.

«Ça va être gros. Ce sera toutes les disciplines... la gymnastique rythmique, la gymnastique artistique et le trampoline, a souligné Jacynthe Harper. C’est très rare au Québec que tu as tout ça en même temps. Ça prend beaucoup de place.»

Ce sont environ 1200 athlètes qui débarqueraient en Outaouais. C’est sans compter près de 600 entraîneurs et officiels.

Deux plateaux de compétitions seront nécessaires pour présenter l’événement. La palestre du centre sportif accueillera le concours rythmique tandis que le complexe Branchaud-Brière sera dédié aux épreuves artistiques et de trampoline.

«On va se servir des deux glaces et de la surface synthétique», a précisé Harper. La patinoire qui sert de domicile à l’Intrépide midget AAA sera réaménagée afin d’y tenir les sélections olympiques.

L’endroit peut asseoir 1300 spectateurs.

«On veut en faire un gros show», a soutenu Harper.

Ce ne sera pas la première fois que Gatineau accueillera des championnats nationaux ou même les qualifications olympiques. Il s’agit d’une destination prisée par Gymnastique Canada.

La fédération a notamment tenu l’événement Élite Canada en février en Outaouais.