Ted Butler rêve d'avoir la chance de participer à nouveau à un championnat canadien.

Un skip gatinois fait ses débuts chez les seniors

Le skip est comptable. Ses coéquipiers occupent des emplois variés. On retrouve un directeur d'une Caisse populaire, un professionnel de club de golf et un représentant de ventes dans le domaine de la téléphonie.
Faites la connaissance du quatuor de Ted Butler, de Buckingham, l'une des deux équipes de l'Outaouais qui participent dès ce matin aux championnats québécois seniors de curling masculin à Sorel-Tracy. L'autre formation est celle de Richard Faguy, aussi membre du même club qui a pignon sur l'avenue de Buckingham.
«Ce sera une des équipes à battre si nous voulons atteindre la finale», disait Butler, hier, alors qu'il se dirigeait vers le site de la compétition.
C'était jour d'entraînement et de photos avant le début du tournoi impliquant 16 quatuors.
Le nom de Butler est bien connu dans le milieu du curling en Outaouais. Il a déjà participé au Brier en 1992.
Ce sera toutefois la première fois que le quinquagénaire lancera des pierres à un championnat provincial senior. Il attendait que deux de ses amis et coéquipiers depuis une quinzaine d'années, Don Westphal et Michel Laroche, atteignent le cap de la cinquantaine à leur tour avant de jouer dans cette catégorie.
Bonne première saison
Le quatuor est complété par Sylvain Haspect, qui évolue à la position de deuxième.
Butler et son groupe connaissent une bonne première saison dans les rangs seniors. Ils ont gagné les grands honneurs dans la classe ouverte au Challenge du Château Cartier en octobre dernier.
À cela s'ajoutent une victoire en finale des sélections régionales et une présence en finale d'un tournoi du circuit d'Ottawa.
«Nous avons joué assez pour nous assurer d'avoir une bonne chimie entre les quatre. Nous ne sommes pas brûlés. Nous arrivons aux championnats en pleine forme», mentionnait Butler.
Un rêve à réaliser
Ce dernier ne le cache pas qu'un autre truc le motive à la veille de ce rendez-vous.
«Une des raisons pourquoi je reviens au jeu, c'est afin de participer une autre fois à un championnat canadien. J'ai encore la piqûre de la compétition. En plus, Sylvain et Michel n'ont jamais eu l'occasion de jouer à un championnat canadien malgré toutes les années consacrées à ce sport.»
Un troisième quatuor de l'Outaouais sera en action cette semaine, mais à Grand-Mère. L'équipe de Catherine Derick, de Thurso, tentera de remporter le titre senior féminin québécois pour une deuxième année de suite.
Mcomtois@ledroit.com