Kamille Larocque pourra enfin renouer avec la compétition en août. Triathlon Québec a donné le feu vert à des courses qui seront modifiées afin de respecter les règles sanitaires en place.
Kamille Larocque pourra enfin renouer avec la compétition en août. Triathlon Québec a donné le feu vert à des courses qui seront modifiées afin de respecter les règles sanitaires en place.

Un premier triathlon en cinq mois attend Kamille Larocque [VIDÉO]

Fini les séances de natation dans la rivière des Outaouais. Terminé les entraînements de vélo dans le parc de la Gatineau.

Kamille Larocque pourra enfin renouer avec la compétition en août. Triathlon Québec a donné le feu vert à des courses qui seront modifiées afin de respecter les règles sanitaires en place.

Dans le lot, il y a l’Aquathlon du Rouge et Or, le 15 août, à Québec. Puis quelques semaines plus tard, ce sera place au Trimemphré, à Magog.

En septembre, Montréal et Sorel présenteront aussi des triathlons.

«C’est sous condition que tout va bien», s’empresse de souligner Larocque au bout du fil.

La triathlète originaire d’Aylmer se croise les doigts que toutes ces épreuves auront lieu. «Ça va faire beaucoup de bien d’avoir à nouveau des courses, d’essayer de gagner quelque chose, dit-elle.

«J’aime m’entraîner. Je suis motivée. Mais tu ne peux pas gagner à l’entraînement. Puis ça fait presque cinq mois qu’il n’y a pas eu de compétitions.»

L’ancienne championne québécoise junior n’a pas oublié sa dernière sortie. C’était sa seule jusqu’ici en 2020.

Larocque avait terminé 31e à une étape de la Coupe continentale à Clermont, en Floride.

«Ça ne s’était pas bien passé, avoue-t-elle en riant. Mais je me disais que j’aurais une chance de me reprendre. J’avais une autre course prévue quelques jours plus tard en Floride, à Sarasota.»

Sauf que la COVID-19 s’est invitée dans le quotidien de la population nord-américaine au même moment.

Kamille Larocque

«La course a été annulée et nous sommes revenus au pays», précise Larocque.

On comprend encore mieux pourquoi elle piaffe d’impatience de renouer avec la compétition. «Ça s’était fini sur le mauvais pied», rappelle la jeune femme âgée de 20 ans.

«J’avais plusieurs objectifs en 2020. Je voulais me retrouver sur le podium aux championnats canadiens chez les moins de 23 ans. J’avais hâte à cette course. Ça devra attendre à l’an prochain.»

La bonne nouvelle?

«La pandémie m’a permis de travailler sur des choses que nous n’avons pas le temps habituellement durant la saison en raison de nos nombreuses compétitions, dit-elle.

«Je suis revenue à Gatineau. J’ai pu nager en eau libre dans la rivière des Outaouais pendant tous les jours ou presque à partir de mai. Ça me permet de me préparer à mieux affronter les vagues en compétitions parce qu’il y en a souvent. J’ai réussi aussi à faire beaucoup de vélo dans le parc de la Gatineau, qui était fermé aux automobilistes. J’ai progressé beaucoup.»


« Ça va juste faire du bien d’avoir à nouveau des compétitions. »
Kamille Larocque

Kamille Larocque a repris le chemin de Montréal, il y a trois semaines, où elle étudie en plus de s’entraîner sous les ordres d’Alex Sereno, l’ancien coach de la double Olympienne Kathy Tremblay. Diplômée en sciences humaines du collège Ahuntsic, elle effectuera sa rentrée cet automne au HEC Montréal (anciennement l’école des hautes études commerciales) en administration des affaires.

Mais avant, ce sera le test en triathlon qui l’attend dans les prochaines semaines.

«Voir ma progression», a-t-elle noté.

Il reste que la formule sera différente pour ses adversaires et elle. Les départs de masse ont été éliminés. Une formule contre-la-montre sera adoptée en 2020.

Chaque participant prendra le départ dans des intervalles pouvant varier de 15 à 30 secondes selon l’événement. Tout ça au nom de la distanciation sociale.

Ça ne dérange pas Larocque.

«Ça va juste faire du bien d’avoir à nouveau des compétitions», confie-t-elle.

En plus de s’entraîner durant le confinement, on l’a vu en vedette sur le web. Plus précisément sur la chaîne YouTube de Triathlon Québec.

Le produit de l’Outaouais a partagé sa recette de muffins aux bleuets avec une touche de citron.

«Cuisiner, c’est une de mes passions depuis que j’habite en appartement. J’aime préparer des choses que je peux manger avant et après les entraînements. De temps en temps, je vais afficher sur ma page personnelle sur Facebook des boules d’énergie ou des barres tendres que j’ai faites.»