Gabriel Gingras

Un premier Championnat canadien pour Gabriel Gingras

Pas facile, la vie du golfeur junior Gabriel Gingras, de Chelsea.
Cet été, il est membre de deux des meilleurs clubs privés de la région, le Rivermead et le Camelot.
Ses rondes à ce dernier club de l'Est ontarien devraient d'ailleurs bien le servir cette semaine, alors qu'il prendra part à compter d'aujourd'hui au Championnat canadien de golf junior masculin du Canada, qui est présenté au club Legends on the Niagara.
«J'ai joué une ronde d'entraînement (hier matin) et c'est un parcours qui me convient bien, c'est un style links qui ressemble beaucoup au Camelot. Il est long (7125 verges) et il demande des longs coups de départ précis, ce qui tombe bien car je suis un long cogneur, mes coups de départ franchissent près de 300 verges en moyenne», a raconté Gingras lorsque joint hier à Niagara Falls.
Le jeune homme de 17 ans en sera à une première participation à ce tournoi qui rassemble les meilleurs golfeurs de 18 ans et moins au pays.
Pour s'y rendre, il avait dû participer à une ronde de trous supplémentaires impliquant cinq autres golfeurs à l'issue du Championnat québécois junior et juvénile, il y a deux semaines au club Revermont, en Gaspésie. Il avait terminé à égalité au 16e rang avec son total de 302 (rondes de 75, 79, 72 et 76).
«Seuls les 16 premiers pouvaient y aller. Nous étions six à égalité au 16e rang et seulement deux pouvaient se qualifier, et j'y suis parvenu à la fin d'une prolongation de six trous. Ça n'a pas été facile, mais j'ai réussi six normales d'affilée et ça a fonctionné», relate-t-il.
Maintenant qu'il est rendu dans le sud de l'Ontario, Gingras vise d'abord et avant tout de franchir le cap de qualification après les 36 premiers trous, et donc de jouer les deux dernières rondes du tournoi qui se poursuit jusqu'à vendredi.
«C'est certain que je veux faire la coupure, dit-il en jargon de golf. Après ça, je veux seulement mettre l'accent sur les choses que je peux contrôler, comme ma routine. Je ne mets pas l'accent sur des résultats ou des positionnements. J'ai une autre saison chez les juniors l'an prochain, donc je veux prendre de l'expérience.»
Lui qui a commencé à jouer au golf au club Kingsway de Gatineau alors qu'il avait 10 ans, il est un diplômé du Collège Saint-Alexandre qui s'en ira directement à l'Université d'Ottawa en septembre, pour étudier en finances et jouer pour l'équipe de golf des Gee Gees.
Gingras ne vise pas nécessairement de passer plus tard chez les professionnels, confiait-il hier, mais il aimerait certes obtenir une bourse dans un collège américain si possible. Il y a habituellement plusieurs entraîneurs de formations collégiales au championnat canadien junior.
Il espère pouvoir leur montrer notamment qu'il a gagné beaucoup en maturité, lui qui travaille depuis deux ans avec un psychologue sportif.
«Je pense que mon mental est maintenant ma plus grosse qualité, je suis capable de garder mes émotions stables et de revenir après des mauvais coups ou de la malchance. J'ai travaillé beaucoup là-dessus, avant, j'avais des problèmes d'attitude, je me fâchais sur des choses que je ne pouvais pas contrôler. J'ai déjà cassé un de mes bâtons dans le passé par frustration, mais c'est pas mal réglé maintenant», a confié Gingras, qui a pris part pour la première fois au Alexandre de Tunis au début juillet, prenant la 26e place au Rideau View avec deux rondes de 76.
Deux autres golfeurs de la région prendront part à ce Championnat canadien junior, soit Nicholas Brisebois, du Kanata Lakes, et Éric Marshall, du Ottawa Hunt.