Le karatéka Philippe Soucy a remporté l'or dans sa catégorie habituelle des plus de 78 kg chez les 18-20 ans. Puis il a tout raflé chez les seniors de moins de 84 kg de même que dans la classe ouverte.

Un Gatinois vole la vedette à Vancouver

C'était la première fois qu'il remettait les pieds dans le dojo, hier matin, après avoir été sacré quadruple champion canadien.
Non, ce n'est pas une faute de frappe.
Philippe Soucy a bel et bien gagné quatre fois l'or, il y a une semaine, aux championnats nationaux de karaté qui se déroulaient à Vancouver, en Colombie-Britannique. Chaque fois en combat.
Où commencer? Tiens, par sa catégorie habituelle des plus de 78kg chez les 18-20 ans. Puis il a tout raflé chez les seniors de moins de 84kg de même que dans la classe ouverte.
L'athlète de Masson-Angers a aussi aidé le Québec à remporter l'épreuve par équipe.
«Philippe a été la vedette du tournoi», souligne son entraîneur Germain Bisson, du club CAMA.
Karaté Canada lui a remis le titre de combattant masculin senior par excellence du championnat. «On peut dire que ç'a bien été pour moi, avoue Soucy en riant.
«C'est une récompense pour tous mes efforts à l'entraînement. Ça commence aussi très bien une saison», a-t-il ajouté.
Cet aspirant policier âgé de 19 ans n'a pas triché dans les dernières semaines. Il a respecté son horaire à la lettre.
«Même durant le temps des Fêtes, je me suis entraîné. Je n'avais pas le choix puisque les championnats se déroulaient plutôt qu'à l'habitude cette année.»
Soucy n'est pas seulement redoutable sur le tatami. Il s'avère aussi intimidant à 6'4».
«Il est impressionnant à voir combattre. Quand il se présente dans le ring, la place lui appartient», mentionne Bisson.
Mais il n'est pas le genre à zieuter son adversaire ou à enguirlander les autres.
«Philippe est un gars qui garde un low profile. C'est une force tranquille.»
Il reste que le principal intéressé n'est pas une machine indestructible. Il a ses failles comme tout le monde.
«Je suis une personne émotive. Quand quelqu'un va me faire un coup de cochon, cela a tendance à m'allumer», reconnaît Soucy.
Sauf que le coach apporte un bémol à ce sujet.
Famille de mordus
«Philippe est capable de tourner la page rapidement», fait remarquer Bisson.
Son élève qu'il dirige depuis une douzaine d'années est issu d'une famille de mordus de karaté. Ses deux frères possèdent leur ceinture noire, tout comme la maman.
- Et si un voleur devait se pointer à la résidence familiale?
«Quelque chose de mal pourrait se produire s'il devait ressortir avec quelque chose», lance à la blague le quadruple champion canadien.
Sur un ton plus sérieux, il a été question des deux prochaines années. Vingt-quatre mois intenses l'attendent.
D'abord, il y a la fin de ses études, mais également d'importantes compétitions.
Un camp d'entraînement figure au menu le mois prochain en Colombie-Britannique. Puis lors de la semaine de relâche, ce sera direction vers la Hollande pour une compétition.
Fin mars, Soucy doit participer à la Coupe d'Amérique du Nord.
Les championnats panaméricains auront lieu en mai au Venezuela, suivi en août de la version junior de ces championnats au Pérou.
La saison 2014 culminera en novembre aux championnats du monde qui se dérouleront en Allemagne. Un rendez-vous qui mettra la table à l'année 2015 marquée par la présentation des Jeux panaméricains à Toronto.
«C'est un de mes objectifs de participer à ces Jeux», rappelle Philippe Soucy, qui est habitué à un rythme de vie infernal.
«L'an passé, j'ai visité six pays différents», note-t-il durant l'entrevue.
Ce dernier n'a pas été le seul karatéka de l'Outaouais à briller aux championnats canadiens. Sa coéquipière Kamille Desjardins a remporté l'or en combat chez les femmes de moins de 61kg et l'argent en équipe. Elle a aussi reçu le titre de la meilleure performance internationale chez les seniors en 2013 grâce à sa deuxième place aux championnats panaméricains en Argentine et son triplé d'or aux Championnats du Commonwealth.
Camélie Boisvenue et Marianne Boulé, tous deux de Beaudoin Karaté, se sont aussi distinguées en montant sur le podium à trois reprises.
Mcomtois@ledroit.com