Sophia Jensen a été sacrée athlète féminine de niveau canadien de l’année lors du Gala Sports Québec.
Sophia Jensen a été sacrée athlète féminine de niveau canadien de l’année lors du Gala Sports Québec.

Tuque et «Maurice» pour une canoéiste de Chelsea

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Sophia Jensen se prépare à sortir sa tuque sur l’eau. Elle reviendra dans son patelin pour un autre camp d’entraînement dans une dizaine de jours sur la rivière Gatineau.

L’équipe canadienne féminine de canoë de vitesse débarquera à Chelsea. «Un peu comme elle l’avait fait avant les Jeux olympiques à Rio en 2016», souligne Jensen au bout du fil.

«Je suis excitée de recevoir tout ce monde chez nous. La seule chose qui m’inquiète, c’est le froid!»

L’athlète âgée de 18 ans était de bonne humeur mardi. Elle a gagné en soirée le «Maurice» de l’athlète féminine niveau canadien au Gala Sports Québec diffusé à RDS.

Un prix qu’elle se voit décerner pour une deuxième année de suite. «Un honneur incroyable. Ça m’inspire à continuer de travailler fort», affirme Jensen, qui porte l’étiquette de la prochaine grande vedette du Canada en canoë-kayak.

La jeune femme a récolté trois fois l’or aux championnats du monde juniors en 2019. Elle avait fait de même l’année précédente.

«Ça me fascine toujours quand je regarde mes accomplissements. Ça me pousse aussi à regarder devant moi», avoue-t-elle.

Mikaël Kingsbury a remporté le prix de l’athlète masculin niveau international.

Dans sa mire se retrouvent les Jeux olympiques à l’été 2021, à Tokyo.

«Mon objectif principal, c’était les Jeux de 2024. Mais j’aimerais bien participer aux Jeux dès l’an prochain. Je vais m’entraîner fort et on verra ce qui arrivera.»

Le congé forcé d’un an de compétitions en canoë-kayak pourrait jouer en sa faveur.

«2020 a été une année folle. Mais en même temps, ce fut bénéfique pour moi. J’ai pu travailler sur diverses choses, que ce soit améliorer ma puissance, ma technique ou même mon endurance.»

Aurélie Rivard a remporté le prix d’athlète féminine de niveau international.

Sophia Jensen se trouvait à Montréal au moment de l’entrevue. L’équipe canadienne s’entraîne au bassin olympique depuis un mois.

«Ça fait du bien de retrouver tout le monde, de s’entraîner en groupe. Je m’étais entraînée surtout seule depuis mon retour à la maison à la mi-avril. C’était mon entraîneur et moi.»

Des discussions se déroulent en ce moment pour planifier l’entraînement hivernal.

«C’est sûr que de passer l’hiver en Floride n’est pas une option. Il y a quelques options sur la table, tout dépendant ce qui arrive avec la pandémie après la période des Fêtes. Pour l’instant, je vais me rendre en Colombie-Britannique en novembre pour un autre camp d’entraînement.»

Plus de 20 «Maurice» ont été décernés mardi lors du Gala Sports Québec. Le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury, dont les grands-parents habitent en Outaouais, a remporté le prix de l’athlète masculin niveau international.

La paranageuse Aurélie Rivard a reçu le titre féminin dans la même catégorie.