Andy Shields a réussi un doublé à la Gatineau Loppet, remportant les deux épreuves de 51 km. D’abord celui en style classique samedi, puis en style libre dimanche. Ses parents habitent en Outaouais.

Shields vide le frigo et gagne deux fois la Loppet

Une autre année, une autre conclusion spectaculaire à l’épreuve reine de la Gatineau Loppet remportée cette fois-ci par un skieur de fond local.

Andy Shields a devancé d’une maigre seconde son plus proche poursuivant, Francis Izquierdo-Bernier, au fil d’arrivée du 51 km de style libre chez les hommes, dimanche matin, au stade Mont-Bleu. Encore plus remarquable ? Le champion avait gagné le 51 km de style classique la veille.

« J’ai gagné de peine et de misère aujourd’hui. Mon réservoir d’essence était vide... Je carburais sur les émanations, a imagé l’athlète ontarien âgé de 27 ans.

«J’étais étourdi vers la fin. Je pensais m’écraser. Mes jambes étaient sur le point de saisir.»

Des tantes l’attendaient au fil d’arrivée afin d’encourager le «petit Andy». Tout comme sa mère qui l’avait reconduit au départ de la course à Wakefield très tôt en matinée.

«Mes parents n’habitent pas trop loin du fil d’arrivée», a souligné Shields, qui est né à Ottawa.

Ce dernier a grandi à Kitchener-Waterloo avant de déménager à Thunder Bay, site d’un centre national d’entraînement de Ski de fond Canada. Papa et maman, eux, ont élu résidence en Outaouais.

Kevin Shields est notamment entraîneur au club Nakkertok depuis la fin de l’été dernier.

«Il me parle souvent de ses athlètes», a confié fiston Andy, qui a participé à des épreuves de la Coupe du monde avant Noël.

On le reverra dans le coin sous peu. Il participera aux championnats canadiens à Gatineau à la mi-mars. L’événement servira de qualification en vue des finales de la Coupe du monde à Québec.

«C’est plaisant cette saison car plusieurs courses ont lieu dans l’est du pays. Je peux passer du temps chez mes parents.»

Et surtout vider leur frigo. Ce fut le cas samedi soir entre les deux épreuves de 51 km de la Loppet.

«J’ai probablement passé trois à quatre heures assis à la table à manger. Il y avait plusieurs restants dans le réfrigérateur quand je suis arrivé chez eux. Là, il n’y a plus rien !»

Shields comptait remettre à sa mère le sac de cadeaux que les organisateurs ont donné aux divers gagnants. On y retrouvait notamment du chocolat.

Quant à Izquierdo-Bernier, âgé de 20 ans, il en était à un premier départ à une épreuve aussi longue. Le natif de Saint-Adolphe-d’Howard a fait partie de l’équipe du Québec dans les rangs juniors. Il étudie en ce moment en génie biomédical en plus de skier une première saison chez les seniors.

«Francis m’a beaucoup impressionné. Il a maintenu une cadence élevée. J’ai dû le suivre durant les 15 derniers kilomètres», a souligné Shields.

David Grégoire, de Saint-Ferréol-les-Neiges, a complété le podium du 51 km libre masculin.

Chez les femmes, la victoire a été l’affaire d’Elizabeth Izzo, de Lake Placid. Elle avait été couronnée championne il y a deux ans.

La différence ? «Je ne savais pas que j’avais gagné en croisant le fil d’arrivée cette fois-ci. Je ne pensais pas que j’étais la première ! J’ai éclaté de joie quand j’ai entendu les gens me déclarer championne, a relaté l’athlète de 26 ans.

«Je croyais avoir vu une femme devant moi tôt dans la course. Je l’ai vue disparaître après cinq kilomètres. Finalement, c’était peut-être un des hommes devant moi.»

Près de 2200 personnes ont participé aux diverses courses de la 41e édition de la Gatineau Loppet.