Pascal Villeneuve en sera à son sixième combat professionnel.

Pascal Villeneuve affrontera un «Tank»

Ça brasse ces jours-ci dans la vie du boxeur gatinois Pascal Villeneuve.
Le mi-lourd invaincu a été impliqué dans un accident de la route à Masson-Angers, la semaine dernière. Il a subi une blessure à un coude, mais rien qui ne l'empêchera de monter dans le ring le 28 mars prochain au Casino du Lac-Leamy.
«Les deux voitures ont été scrapées, soulignait hier Villeneuve.
«Je suis chanceux. Je ne roulais pas vite quand ça s'est produit. Sinon, ça aurait pu être beaucoup plus grave.»
Ce dernier reçoit des soins d'un orthothérapeute depuis cet accident. Il peut continuer à s'entraîner au club Final Round de son instructeur Éric Bélanger.
L'identité de son adversaire a été confirmée aussi la semaine dernière. Le nom de François Miville circulait depuis la période des Fêtes.
Et ce sera bel et bien le boxeur de Longueuil, surnommé le «Tank», qui montera dans le ring contre Villeneuve dans deux mois.
Âgé de 32 ans, Miville montre une fiche de 6-1 et 2 K.-O. Son seul revers est survenu à son premier combat en 2011.
Ses victoires? Elles ont été obtenues contre des opposants qui avaient tous des fiches perdantes, sauf un.
Dans le lot des pugilistes qu'il a vaincus, il y a la Mitraille, Martin Desjardins, de Maniwaki, qui a gagné seulement 7 de ses 34 combats en carrière.
De son côté, Villeneuve a effectué ses débuts chez les pros en 2013, sortant victorieux à chacune de ses trois présences entre les câbles. Sa dernière victoire a été obtenue en septembre contre Éric Roy (6-3) par K.-O. technique.
Faire fi de la pression
Ce parcours parfait ne semble pas impressionner Miville, qui a lancé quelques flèches en direction de son prochain adversaire.
«Villeneuve possède une bonne expérience chez les amateurs, mais chez les professionnels, il n'a jamais été opposé à un boxeur comme moi, a-t-il dit à l'hebdomadaire Le Trait d'Union.
«Je suis tenace et je cogne dur. Je mets de la pression. Quand je vais commencer à le frapper, il va stresser, car la pression est sur ses épaules. Je m'en vais chez lui et je n'ai rien à perdre. En fait, je vais tout donner pour livrer un bon combat.»
Qu'en pense Pascal Villeneuve?
«Miville parle un peu trop en ce moment. Il ne me connaît pas, a-t-il soutenu.
«J'ai de bons partenaires d'entraînement. Je pense à Andy Gardiner qui est toujours dans ma face, qui m'en donne des claques. Et je suis capable de lui en redonner et de me défendre. Je suis testé tous les jours pour affronter un gars au style bagarreur.»
Et la pression?
Villeneuve rappelle qu'il s'est battu les trois fois l'an dernier devant les siens.
«Ce n'est plus un stress d'avoir la foule qui crie mon nom. C'est devenu un encouragement.»
Le gala du 28 mars sera organisé par le groupe Eye of the Tiger Management, qui avait présenté les cartes de l'an dernier à Gatineau. Tout indique qu'Antonin Décarie disputera le principal combat de la soirée.
Gardiner pourrait être en action ce soir-là, tout comme le poids lourd franco-ontarien Samer Barakat.
Mcomtois@ledroit.com