Maxim Tissot a remporté la finale de la NASL avec les Deltas de San Francisco l’an dernier. Mais l’équipe n’existe plus.

Maxim Tissot réfléchit à son avenir

Maxim Tissot de retour avec le Fury d’Ottawa ? Ce n’est pas impossible.

Le joueur de soccer professionnel aylmerois étudie présentement ses options en vue de la saison 2018. Il est sans contrat. « J’ai reçu des offres, mais je me donne du temps », dit-il.

Tissot était au Complexe Branchaud-Brière, vendredi matin. Il dirigeait une école de soccer d’un jour, destinée à des jeunes gatinois.

Quelques-uns de ses amis, dont Samuel Piette et Karl W. Ouimette, avaient fait le voyage pour l’épauler.

« Je me suis vraiment concentré sur la préparation du camp, ces derniers temps. Quand ce sera terminé, je vais recommencer à penser à mon avenir. »

« J’aimerais bien prendre une décision d’ici Noël », dit-il.

Tissot a évolué brièvement en MLS avec le DC United, au début de la saison 2017. Il ne semble pas vraiment croire en ses chances de retourner en première division nord-américaine.

Il ne détesterait pas retourner dans la NASL, le circuit où il a complété la campagne. L’avenir de cette ligue semble toutefois en suspens.

« Je ne sais pas trop ce qui se passe dans les bureaux. Je crois comprendre qu’on travaille fort pour que la ligue survive une année de plus... »

Tissot pourrait aussi se tourner vers la United Soccer League, un circuit qui offre un calibre de jeu légèrement inférieur.

En se greffant à cette ligue, il pourrait revenir à Ottawa.

« Le Fury ferait partie de mes choix, concède-t-il. J’ai eu beaucoup de plaisir lors de mon passage précédent au sein de cette organisation. Les installations qu’on partage avec le club de football sont vraiment superbes. En plus, si je décidais de revenir à la maison, je pourrais organiser des événements comme celui d’aujourd’hui plus souvent. »

Conte de fées

Tissot aimerait sans doute se joindre à une formation qui a des chances de gagner.

Il vient de compléter une des saisons les plus satisfaisantes de sa carrière. Il a remporté le championnat des séries éliminatoires de la NASL avec ses coéquipiers des Deltas de San Francisco.

« Nous avons vécu un peu un conte de fées, raconte-t-il. C’était notre première année. On se préparait à jouer la finale sur la route. Puis, quand le FC Miami a été éliminé, nous avons pu jouer le match ultime à la maison. »

Il s’agissait, par le fait même du tout dernier match de l’histoire des Deltas. Les propriétaires ont décidé, quelques mois après le début de la saison, de mettre la clé sous la porte.

L’aventure du soccer pro chez eux aura duré exactement un an.

« Notre entraîneur Marc Dos Santos a fait tout le travail en coulisses. Malgré toutes les complications derrière, il a trouvé le moyen de motiver tout le monde. À la fin, personne ne pensait trop à l’année prochaine. On pensait juste à finir l’année en force. »

« On savait depuis le mois de juillet que c’était terminé. Malgré tout, j’ai été surpris par le caractère de mes coéquipiers. Ça rend cette histoire encore plus spéciale. »