La persévérance des Gee Gees de l’Université d’Ottawa pourrait leur permettre de défendre leur titre avec succès au Match Panda. L’U d’O avait remporté l’édition 2018 de l’évènement.

Match Panda: les Gee Gees ont l’expérience de gagner sous pression

Les Gee Gees ont déjà prouvé qu’ils peuvent gagner dans des situations où la pression est forte.

Bryan Latouche nous parle du match du 14 septembre dernier avec une certaine fierté. Ce jour-là, son équipe tirait de l’arrière 22-3 dans les premières minutes du quatrième quart.

Personne ne semblait croire aux chances du Gris et Grenat, ce jour-là. Sauf, peut-être, les gars qui portaient du gris et du grenat.

Leur persévérance a été récompensée. Ils ont réussi à vaincre les Golden Hawks de Laurier, 25-22, en marquant trois touchés dans une fenêtre de 10 minutes.

«Notre force? On forme une équipe qui n’abandonne jamais», conclut Latouche, un joueur de ligne à l’attaque qui provient de la région de Québec.

«Ce jour-là, pour gagner, il fallait vraiment croire au potentiel de notre équipe, enchaîne-t-il. Nous ne sommes pas nécessairement meilleurs que tout le monde. Mais nous pouvons rivaliser avec tout le monde. C’est en y croyant que tu finis par donner ton 110 %. En réalité, il a peut-être fallu qu’on donne plus que 110 %, ce jour-là.»

À LIRE AUSSI: Match Panda: des leçons retenues de 2018 pour les Ravens

Latouche est en train de vivre son troisième automne sur le campus de l’université bilingue d’Ottawa. Ça lui a donc permis de se retrouver des deux côtés de la rivalité avec Carleton.

Il a subi le revers en prolongation, en 2017.

Il a participé à la victoire par 11 points, en 2018.

«Cette victoire a enlevé un poids sur notre programme au grand complet, reconnaît Latouche. Cette victoire de l’an dernier ne change rien à notre préparation pour cette année. Il ne faut rien prendre pour acquis. Les deux équipes ont des fiches similaires. Les deux équipes essaient de se positionner en prévision des séries éliminatoires. Il faut qu’on traite ce match-là comme tous les autres.»

«Cette victoire a fait du bien parce que ça faisait quatre années d’affilée qu’on perdait. On s’est retrouvés dans la salle de meeting, le lundi suivant et on s’est mis à penser au prochain match», conclut celui qui évolue à la position de garde à droite.

«Le but ultime, à la fin, c’est de gagner un championnat.»

+