Les tournois de hockey mineur se compteront sur les doigts d’une seule main dans les prochains mois en Outaouais.
Les tournois de hockey mineur se compteront sur les doigts d’une seule main dans les prochains mois en Outaouais.

Les tournois de hockey mineur se feront rares en Outaouais

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Les tournois de hockey mineur se compteront sur les doigts d’une seule main dans les prochains mois en Outaouais.

Plusieurs organisateurs ont décidé d’annuler leurs événements en raison de la COVID-19, surtout ceux prévus avant la période des Fêtes.

Dans une saison normale, une vingtaine de tournois peuvent être présentés en Outaouais. Cette année, il pourrait y en avoir seulement cinq.

Le tournoi des Voisins de Papineau et le tournoi bantam Royal-Brassard font partie des rares compétitions toujours à l’horaire. Ils sont habituellement disputés en février.

À LIRE AUSSI: Pénurie de sifflets dans les magasins de l’Outaouais

Les filles joueront contre les gars

>> Les arénas de la région: ouverts ou fermés ?

«Nous allons être patients avant de prendre une décision. Nous essayons de travailler en utilisant une boule de cristal ! Il n’est pas facile d’avoir des partenaires financiers en ce moment. Tout le monde est en attente», affirme le président de la 28e édition du Royal-Brassard, Alain Brisson.

«On espère que le hockey passera à la phase 6 qui permettrait la tenue de tournois. Nous planchons sur deux scénarios en ce moment. Le tournoi pourrait être présenté à la fin de février. Nous avons aussi effectué la demande à Hockey Québec afin de le tenir à la mi-mars.»

Du côté d’Ottawa, la tenue de la réputée Coupe Capitale Bell présentée par les Sénateurs est menacée. Ce tournoi attire les meilleures équipes atomes du Canada et États-Unis durant la période des Fêtes. Hockey Québec rappelle que les tournois constituent une importante source de revenus pour ses associations locales.

C’est pourquoi la fédération provinciale a demandé à ces mêmes associations de revoir leurs dépenses, de couper tout ce qui n’est pas essentiel à la tenue d’une saison. «Nous avons coupé énormément chez nous à Hockey Québec, rappelle le DG Paul Ménard. Nous nous attendons que les associations fassent aussi attention.»