Sylvain Léger, président de la Commission scolaire aux Coeurs-des-vallées.

Les promoteurs courtiseront le secteur privé

Les partenaires derrière le dossier de la surface synthétique à Buckingham tenteront de rallier le secteur privé à leur cause au cours des prochaines semaines afin d'amasser la somme manquante nécessaire pour la réalisation du projet.
Le président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Sylvain Léger, a indiqué, au terme de la séance du conseil des commissaires de mercredi soir dernier, que la campagne de financement auprès de la communauté allait bientôt s'amorcer. Les élus municipaux de Gatineau ont opté pour le statu quo en début de semaine dernière sur la question du Fonds des communautés, ce qui signifie que la somme de 750 000 $ qui était réservée pour ce projet de terrain synthétique aux abords de l'école Hormisdas-Gamelin, à Buckingham, demeure intacte. L'Ange-Gardien a également réservé une enveloppe de 250 000 $.
Un million à trouver
Québec a refusé à l'automne la demande de financement pour ce projet. Il manque donc encore la moitié de l'argent nécessaire pour boucler le montage financier, soit près d'un million de dollars.
« Nous sommes maintenant à l'étape d'aller vers la communauté pour se trouver des partenaires financiers. Je demeure confiant de voir le projet se réaliser en 2015 », a laissé entendre M. Léger.
Michel Roy, président de l'organisation de football des Tigres d'Hormisdas-Gamelin, est un peu plus optimiste. Il croit que la construction de l'infrastructure synthétique pourrait se faire dès cet été pour être opérationnelle à l'automne.
Des pourparlers avec des institutions financières ont déjà été entamés, mais les partenaires attendaient la décision de Gatineau sur le maintien ou non du Fonds des communautés pour passer officiellement à la campagne de financement. « Nous n'avons jamais été aussi près. Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Je pense que ça pourrait débouler très rapidement », a mentionné M. Roy.
L'Association régionale de soccer de l'Outaouais et le député de Papineau, Alexandre Iracà, font aussi partie des partenaires engagés dans le projet.
Des études de sol sont par ailleurs en cours sur le site de l'école secondaire Hormisdas-Gamelin. Le terrain actuel, utilisé notamment par les Tigres, a été qualifié à maintes reprises de « champ de vache » par les intervenants en faveur du dossier puisque des joueurs s'y blessent fréquemment en raison de son état de détérioration.