Les Gee Gees se sont inclinés par la marque de 27-22 face aux Gryphons de Guelph samedi après-midi.

Les Gee Gees trébuchent à l’arrivée

Jamie Harry pleurait. Plusieurs des coéquipiers du joueur québécois aussi. Leurs espoirs d’accéder au match de la coupe Yates venaient de prendre fin de façon inattendue.

Les Gee Gees d’Ottawa ont laissé filer une avance de 18 points en deuxième demie, perdant 27-22 à domicile aux mains des Gryphons de Guelph, samedi après-midi, en demi-finale de la conférence ontarienne. Les visiteurs ont pris l’avance pour la seule fois de la partie avec 48 secondes à écouler quand le quart-arrière Theo Landers a lancé une passe de 59 verges en désespoir qui a été captée par Thomas Bresciani.

« C’était une passe chanceuse... Le kid a réussi à la capter. Ce n’est pas la première fois que nous voyons une pareille chose se produire », a rappelé l’entraîneur-chef Jamie Barresi, faisant allusion à un jeu similaire qui a coûté une victoire aux siens au match Panda en 2014.

« C’est dur à encaisser », a-t-il concédé, quelques instants auparavant.

Les Gee Gees menaient 18-0 à la mi-temps. Tout semblait sous contrôle. Des partisans planifiaient déjà leur trajet vers London en vue de la finale provinciale. Il semble qu’ils n’étaient pas les seuls dans le stade de l’Université d’Ottawa.

« Nous ne sommes pas restés concentrés jusqu’à la fin. Nous pensions déjà à la semaine prochaine au lieu de penser au moment présenté. Nous avons laissé glisser des jeux de nos mains », a avoué Harry, un vétéran demi-défensif qui a pourtant été un des meilleurs joueurs de son équipe dans la défaite.

Cet espoir en vue du prochain repêchage a réussi une interception sur une transformation de deux points. Il a aussi effectué un retour de botté.

C’est sans compter que Barresi l’a utilisé à l’attaque. Harry a porté le ballon une fois pour sept verges sur un jeu truqué en plus de capter une passe de neuf verges sur une autre séquence.

Tout ça sous le regard de dépisteurs de la LCF, dont un des Alouettes de Montréal.

Ça n’a toutefois rien changé au résultat final. Ça ne faisait rien pour atténuer sa peine.

« Ce n’est pas comme ça que je voulais finir ma carrière chez les Gee Gees », a soutenu Jamie Harry.

Ses amis et lui ont vu les Gryphons prendre leur envol dès le début de la seconde demie quand ils ont bloqué un botté de dégagement de Loïc Legendre. Quelques jeux plus tard, ils inscrivaient un premier touché pour réduire l’écart à 18-7.

« Tu peux montrer plusieurs jeux qui auraient pu faire la différence », a fait valoir Barresi.

« Nous avons raté deux tentatives de placements. Nous avons aussi manqué quelques occasions de marquer dans la zone payante. Ces choses-là s’additionnent rapidement. Chaque point compte à ce temps-ci de l’année. »

Il y a des statistiques qui ne mentent pas. Les Gee Gees ont été incapables d’arrêter le jeu au sol en deuxième demie. D’abord le demi-offensif des Gryphons, le Franco-Ontarien Jean-Paul Cimankinda, a terminé la journée avec 119 verges et un touché.

Le quart-arrière Theo Landers a porté le ballon 10 fois pour 134 verges et un touché.

Le demi Dawson Odei a marqué les deux seuls touchés des Gee Gees en première demie.

L’Université d’Ottawa, qui était classé cinquième au pays, tentait de participer au match de la coupe Yates pour la première fois depuis 2010.

L’autre club de football universitaire de la capitale, les Ravens de Carleton, a a perdu dans l’autre demi-finale. Il s’est incliné 39-13 contre les champions canadiens en titre, les Mustangs de Western.

Le quart-arrière gatinois Mike Arruda a complété que 16 de 33 passes pour 196 verges et un touché. Surtout, il a été intercepté à trois reprises.