Les Gee Gees de l'Université d'Ottawa ont une fiche de cinq victoires et une défaite cette saison.

Les Gee Gees affrontent les champions en titre

Il y a deux semaines, la défensive de cette équipe a réussi quatre interceptions devant plus de 24 000 personnes au match Panda. Puis il y a huit jours à Toronto, le quart-arrière recrue de cette même formation a lancé quatre passes de touché.

Tout va bien chez les Gee Gees d’Ottawa, détenteurs d’une fiche de 5-1 et classés cinquièmes au pays.

Un rendement surprenant pour une jeune équipe, qui s’apprête à passer son test le plus difficile de 2018.

Les Gee Gees reçoivent la visite samedi des Mustangs de Western. Les champions en titre de la coupe Vanier sont invaincus en six matches et semblent même encore plus redoutables que l’édition de l’an dernier. Ils ont marqué en moyenne... 50,8 points par partie.

« Ils (Mustangs) n’ont pas de faiblesse en attaque, avoue le coordonnateur défensif des Gee Gees, Jean-Vincent Posy-Audette.

«Ils possèdent une bonne ligne offensive, qui est grosse et dominante. Leur quart-arrière est excellent. Tu as de bons receveurs et tu as trois bons porteurs de ballon... Partout où elle va, cette équipe-là a gagné beaucoup de verges au sol.»

Un de ces demis défensifs, le Montréalais Cedric Joseph, a amassé 355 verges la semaine dernière contre Windsor.

Posy-Audette l’a répété. Ce sera un défi pour les Gee Gees.

«Il va falloir jouer un match parfait», a-t-il précisé.

Ce dernier mise quand même sur une tertiaire dominante si jamais Western décide de lancer le ballon. La défensive ottavienne a réussi 13 interceptions cette saison.

À lui seul, le demi défensif québécois Jamie Harry en compte cinq.

Posy-Audette a beau s’occuper de la défensive des Gee Gees, il garde tout de même un œil sur le rendement de l’attaque.

Le travail du quart de première année Sawyer Buetnner l’épate. La recrue originaire de Moose Jaw a lancé neuf passes de touché à ces deux dernières sorties.

«La première chose que je retiens de lui, c’est qu’il est un guerrier. Tous les gars veulent jouer pour lui. Quand il se fait frapper durant un match, il se relève tout le temps. Les autres clubs essaient de le déranger, mais Sawyer joue avec cœur. C’est un gagnant.»

Il y a un autre truc que les entraîneurs aiment bien chez Buetnner.

«Il est sérieux. Il va regarder les bandes vidéo. Il s’adapte rapidement. Il veut apprendre.»

Les Gee Gees auront une autre raison d’être gonflés à bloc en vue de cette confrontation au sommet de la conférence ontarienne. Ils avaient subi une dégelée de 63-10 aux mains de ces mêmes Mustangs pour conclure la saison dernière.

Cette partie entre deux des cinq meilleures équipes au pays sera suivie attentivement par les Ravens de Carleton.

Ces derniers se sont assuré une place en éliminatoire vendredi après-midi à Toronto, gagnant 35-20 contre les Lions de l’université York. Il s’agit de leur match final de la saison régulière, terminant avec un dossier de 5-3.

Le quart gatinois Mike Arruda a lancé trois passes de touché dans ce gain, dont une de 36 verges.