La mascotte du Rouge et Noir, «Big Joe Mufferaw».

Le Rouge et Noir change le nom de sa mascotte

Le draveur Jos Montferrand peut dormir en paix: le Rouge et Noir a changé sa hache d'épaule.
La direction de la nouvelle équipe d'Ottawa de la Ligue canadienne de football (LCF) a annoncé, lundi après-midi, qu'elle changeait le nom de sa mascotte Big Joe Mufferaw après que celui-ci eût créé un tollé dans la communauté francophone de la région.
« À la lumière des commentaires reçus à la suite du dévoilement du nom de la mascotte du Rouge et Noir, l'Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) a annoncé [hier] que le nom officiel de la mascotte sera Big Joe en anglais et Grand Jos en français », a fait savoir l'organisme par communiqué.
« Nous constatons que le nom choisi à l'origine a involontairement froissé certaines personnes, et nous souhaitons leur exprimer nos plus sincères excuses, a déclaré le président des sports de l'OSEG, Jeff Hunt. Nous voulons créer une base de partisans unis pour soutenir le Rouge et Noir et nous poursuivrons nos efforts. »
Le club avait annoncé en grande pompe le nom de sa mascotte - une référence anglicisée au légendaire homme fort francophone Jos Montferrand - vendredi dans une école élémentaire francophone de Kanata. Depuis le dévoilement du nom, plusieurs voix francophones se sont levées pour exprimer le faux pas linguistique de l'équipe.
L'OSEG pris de court
Dans une entrevue accordée au Droit lundi, le porte-parole d'OSEG, Mike Sutherland, a confirmé que « la direction n'était pas tout à fait au courant » de l'importance de Jos Montferrand pour les francophones de la région.
« À la base, le nom était censé faire référence à un personnage imaginaire. Nous ne voulions certes pas offusquer les francophones. Après une vive réaction de leur part, nous avons décidé qu'il fallait changer le nom de la mascotte pour éviter que ça dérange davantage. [...] Il est important pour nous de prendre en considération les volontés des francophones. »
Le nom Big Joe Mufferaw est connu depuis longtemps dans le folklore anglophone. Il a été rendu populaire par la chanson de Stompin' Tom Connors et une série de livres pour enfants de l'auteur de la région Bernie Bedore. C'est d'ailleurs le nom qui est ressorti le plus souvent à la suite d'un sondage auprès des partisans de la nouvelle équipe.
L'archiviste en chef de l'Université d'Ottawa, Michel Prévost, d'abord stupéfait que l'organisation du Rouge et Noir ait choisi ce nom sans tenir compte des sensibilités de la culture francophone de la région, a salué hier la « sage décision » de la direction du club de football de la capitale.
« C'est une autre victoire pour Jos Montferrand ! s'est-il exclamé. Il faut savoir que partout où il passait, il a été vainqueur. Et Jos Montferrand ressort gagnant de ce débat. Toutefois, si on avait consulté davantage [les francophones], on aurait évité toute cette controverse. »
L'ancien député de Prescott-Russell et grand défenseur des droits des Franco-Ontariens, Jean Poirier, déplore ce énième « phénomène de manque de respect » et « horrible paresse linguistique » à l'endroit des francophones.
« Je suis incrédule qu'en 2014, un tel dossier peut refaire surface. C'est une insulte ! Ça me dépasse. En même temps, la déformation de noms francophones, ce n'est pas nouveau. Du moment que le nom d'un Canadien français prend plus que deux syllabes, ils deviennent tous des Joe, comme G.I. Joe », a-t-il imagé.