Le Grand Prix cycliste de Gatineau serait sauvé et déplacerait le fil de départ et d’arrivée sur la rue Principale, dans le Vieux-Aylmer.
Le Grand Prix cycliste de Gatineau serait sauvé et déplacerait le fil de départ et d’arrivée sur la rue Principale, dans le Vieux-Aylmer.

Le GP cycliste de Gatineau serait sauvé

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Un nouveau nom. Une nouvelle formule et surtout un nouveau tracé sur lequel certaines des meilleures cyclistes au monde emprunteront une portion en gravier avant de rallier le fil d’arrivée dans le Vieux-Aylmer.

Le Grand Prix cycliste de Gatineau serait sauvé. Il ne resterait que le feu vert de l’Union cycliste internationale (UCI) pour assurer le maintien de l’édition 2020 en juin prochain, a appris Le Droit.

« Nous avons soumis tous les documents nécessaires à Cyclisme Canada qui négocie avec l’UCI qui avait conservé les dates de l’événement à son calendrier. Tout le monde est déterminé à ce que ça marche », soutient John Large.

C’est lui le promoteur local dont parlait la Fédération des sports cyclistes du Québec (FSCQ) en décembre sans le nommer. Il s’est manifesté pour participer à la relance du grand rendez-vous sportif qui existe depuis 2010.

« Après avoir lu dans Le Droit que l’événement était en péril, j’ai effectué quelques appels pour en savoir plus. Un partenariat a pris naissance avec la fédération québécoise, la fédération canadienne et la Ville de Gatineau. Il y a eu beaucoup de travail en peu de temps pour garder cet événement ici », affirme Large, qui organise des événements de cyclisme depuis trois décennies.

Ce dernier a attiré les championnats québécois dans l’ancienne ville d’Aylmer dans les années 1990. Il a aussi milité en faveur de la construction d’un vélodrome dans la région de la capitale nationale.

Large, dont le père Alan a été officiel aux Jeux olympiques de 1976, fait partie des « West of Quebec Wheelers ». Ce club organisera le Tour de Gatineau et le Chrono féminin de la Gatineau, les nouveaux noms que porteront la course sur route et le contre-la-montre qui faisaient partie du GP cycliste de Gatineau.

Pour l’instant, ce seront les deux seules épreuves au menu en 2020.

Les cyclosportives et courses pour jeunes seront mises sur la glace pour la première année de la relance.

« Nous aimerions en faire éventuellement un festival de vélo. Nous étions toutefois en mode sauvetage pour cette édition-ci. Nous conservons le minimum, ces deux courses internationales », fait valoir Large.

« C’était important de conserver ça ici, surtout qu’il y avait de l’intérêt ailleurs au Québec, dont à Montréal, pour obtenir ces courses sanctionnées UCI. Ça aurait été désolant de perdre cet événement après les 10 années investies dedans. »

Afin de donner un second souffle au rendez-vous annuel, la nouvelle organisation a décidé d’apporter plusieurs changements. Le plus important ? Le site.

Les participantes roulaient auparavant dans le secteur Hull, dans le parc de la Gatineau et sur le boulevard des Allumettières.

Le fil de départ et d’arrivée de l’épreuve sur route sera déplacé dans le Vieux-Aylmer. Plus précisément sur la rue Principale, à la hauteur de l’édifice patrimonial « Le British », construit en 1834.

« Nous ne voulions pas nous contenter de garder la même formule que le Grand Prix. Nous avions tenu le critérium des championnats canadiens sur la rue Principale en 2016 et 2017. Le tout avait bien fonctionné. Il y avait beaucoup d’activités dans les alentours», relate John Large.

«Nous allons quand même incorporer une partie du parc de la Gatineau dans le tracé, tout comme le boulevard des Allumettières. Mais nous allons réduire les fermetures de route.»

Autre nouveauté prévue ? Deux sections en gravier. Une sur un kilomètre et une autre de 800 mètres.

«Ça donnera un cachet particulier à la course», reconnaît le promoteur.

Si tout va bien, un critérium pourrait être ajouté à une éventuelle édition 2021.

Quant à la question du financement, des négociations se poursuivent toujours avec les trois paliers de gouvernement, dont la Ville de Gatineau. «Nous avons aussi été approchés par des partenaires», avance John Large.

Les invitations aux équipes internationales seront envoyées dès que l’UCI aura donné son approbation au plan de relance. La nouvelle organisation s’est déjà assuré les services de Louise Lalonde afin d’assurer le recrutement. Cette dernière était la directrice des courses du GP cycliste de Gatineau.