Le président du Club de curling de Buckingham, Jean St-Pierre, est fébrile quant au 100e anniversaire du club.

Le Club de curling de Buckingham devient centenaire

Le Club de curling de Buckingham (CCB) célèbre jeudi son 100e anniversaire de fondation. Pour l’occasion, une réception sous forme de 5 à 7 se déroulera jeudi soir à l’intérieur des murs du mythique complexe deux glaces du 626, avenue de Buckingham, où plus de 130 invités sont attendus.

Une impressionnante murale faisant 20 pieds par 14, créée par l’artiste montréalaise Anik Favreau, sera dévoilée durant la soirée. L’œuvre relate en images l’histoire du club, de ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Des membres du CCB intronisés au Temple de la renommée du curling canadien seront aussi de la partie, tout comme d’anciens athlètes ayant foulé la surface glacée du club depuis le dernier siècle.

Le président du CCB, Jean St-Pierre, est fébrile à l’autre bout du fil. « C’est l’activité qui lance les festivités du centenaire. Ça fait 100 ans jour pour jour que le club a été créé », précise-t-il, avec une touche de fierté dans la voix.

Afin de souligner cet anniversaire en grand, le comité du centenaire du CCB ne chômera pas cette année. Une joute de curling en plein air est notamment dans les cartons pour le début 2019. Une glace devrait être aménagée à l’extérieur, sur le terrain même du CCB. « C’est prévu en janvier. Tout ce qu’on espère, c’est d’avoir la coopération de Dame Nature. On aimerait organiser un tournoi communautaire pour que les gens viennent voir et qu’ils essaient le curling », indique M. St-Pierre.

Parmi les autres événements d’envergure figurant au calendrier, le CCB sera l’hôte, en collaboration avec le club voisin de Thurso, du Championnat provincial junior U-18, en mars prochain.

Cent ans de tradition

La petite histoire du CCB, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a officiellement débuté au siècle dernier lorsque la Compagnie James MacLaren a offert de débourser les frais de construction pour une salle de curling en plein cœur de Buckingham. L’entreprise suggérait de louer l’endroit aux adeptes de la discipline. Lors d’une assemblée publique tenue le 22 novembre 1918, une quarantaine de personnes rassemblées à l’hôtel de ville de Buckingham ont accepté la proposition de la compagnie. Ce bâtiment est encore aujourd’hui celui qui abrite les activités du club.

Un siècle plus tard, la réputation du CCB dépasse largement les frontières de l’Outaouais. Avec des ambassadeurs de renom tels qu’Agnès Charette, Pierre Charette et Ted Butler, l’organisation se distingue.

Depuis sa première participation à un championnat provincial en 1983, le CCB est le club le plus titré au Québec, avec 38 victoires en poche, fait remarquer Jean St-Pierre.

« Il n’y a aucun club au Québec, même avec quatre ou six glaces, qui a autant de championnats provinciaux. Je pense que notre proximité avec Ottawa nous a aidés beaucoup. Il y a énormément de clubs dans un rayon de 20 kilomètres d’Ottawa. Ç’a permis à nos membres d’aller compétitionner avec des équipes de pointe et de s’améliorer », note-t-il.

En termes de popularité, les choses fonctionnement aussi rondement pour le CCB, qui compte présentement quelque 250 membres dans ses rangs.

« On a plus de membres que nous en avons jamais eu. Pour un deux glaces, c’est quasiment le maximum qu’on peut accueillir. C’est occupé du matin au soir », mentionne le président de l’organisation, qui attribue ce succès à plusieurs facteurs, dont l’émergence de la relève.

« On est dans les écoles depuis 15 ans avec notre programme option sports curling-golf qui fonctionne très bien. Depuis deux ans, on a un programme d’initiation au curling pour les jeunes âgés de 6 à 14 ans. On a commencé avec cinq jeunes et nous en avons 40 cette année. C’est un succès énorme. La relève s’annonce bien », de conclure le président du club.